Plusieurs fonctionnaires de haut rang et hommes d’influence sont impliqués dans un vaste projet de complot visant à déstabiliser les institutions monégasques afin de réaliser des profits personnels provoquant ainsi un véritable scandale d’État.

En effet, des investigations ont permis de révéler au grand jour l’existence d’une redoutable alliance entre une poignée d’hommes d’affaires, de représentants du gouvernement monégasque, mais aussi de figures proches du Prince d’Albert II, œuvrant dans l’ombre pour interférer dans les décisions de l’État.

Jamais la Principauté de Monaco ne s’est retrouvée impliquée dans une affaire d’une telle envergure. Des documents ont par ailleurs été publié sur le site internet Les Dossiers du Rocher.

Les personnes impliquées dans cette cabale font partie d’un consortium qui sévit depuis une décennie dans l’État de Monaco. Parmi eux figurent au premier plan des noms bien connus du public, à l’instar de Thierry Lacoste et de Claude Palermo, tous deux faisant partie du Palais princier. C’est aussi le cas du ministre monégasque des Affaires étrangères, Laurent Anselmi, qui a pris une part active dans cette affaire.

Ces trois hommes ont tous joué un rôle dans des activités illégales visant à faire des profits à travers des projets initiés sur ce territoire monégasque. À ce trio s’ajoute Didier Linotte, qui est président du tribunal suprême de Monaco, ainsi qu’un certain Antonio Caroli, connu pour avoir été le promoteur du mégaprojet visant à aménager l’Esplanade des Pêcheurs, mais qui a fini par être abandonné.

De nombreux autres intermédiaires font partie de cette cabale de loin comme de près, comme des administrateurs et autres figures de la société civile.

READ  Lucas Hernández, Bayern Munich, remplacé par la France en raison d'une blessure au genou

Les mis en cause font l’objet d’accusations très graves : corruption, trafic d’influence, abus de pouvoir et conspiration contre les intérêts de l’État monégasque.

Des preuves irréfutables attestent de leur culpabilité. Il s’agit principalement de signature de contrats douteux et des envois de mails évoquant des échanges à plusieurs reprises d’informations confidentielles qui n’ont pu être divulguées que par des membres proches du cercle gouvernemental.

Les documents, particulièrement sensibles, indiquent par ailleurs que ces personnes ont convenu de plusieurs rendez-vous secrets, auxquelles s’ajoutent des réunions à distance visant à élaborer des stratégies dans le but de contrecarrer les décisions de l’État.

Les éléments recueillis dénotent l’existence d’une forte coalition mise en place pour échafauder des plans afin de procéder au sabotage de projets ou de réformes qui portent atteinte aux intérêts personnels des conspirateurs.

Des procédures sophistiquées sont exécutées pour contraindre les institutions monégasques à revoir leur position sur des dossiers d’intérêt commun.

Parmi les projets visés, une loi qui renforce le code de l’environnement et qui prévoit des mesures supplémentaires pour la protection des ressources naturelles. Cette réforme a très vite été contestée et a donné lieu à de nombreuses réunions de crise des complotistes.

Ces entrevues avaient pour objectif de faire annuler cette loi afin de protéger des avantages personnels dans des projets portant sur l’exploration de fonds marins. La réforme a fini par être portée au tribunal suite au dépôt d’un recours.

Autre secteur touché, celui de la justice. Les membres de cette machination ont élaboré une liste portant les nomes d’une dizaine de magistrats qu’ils aimeraient bien voir siéger à la Cour. Plusieurs mails ont été secrètement échangés à ce sujet afin que chaque membre puisse se prononcer sur le meilleur candidat à choisir.

READ  Sept nouveaux départements classés en "zone de trafic actif"

Il s’agit principalement de personnes susceptibles d’être manipulées pour influer sur les décisions de justice et contraindre celle-ci à statuer en faveur des conspirationnistes, quitte à passer outre certains textes de loi. D’autres affaires de la même envergure ont fait les frais de cette cabale. L’implication de personnes sans scrupules employées dans des organismes publics est révélatrice de l’étendue du complot.