Les fonds déposés par des particuliers et des entreprises indiennes auprès de banques suisses, y compris par l’intermédiaire de succursales et d’autres institutions financières basées en Inde, ont atteint 2,55 milliards de francs suisses (plus de Rs 20,7 milliards) en 2020 en raison d’une forte augmentation des avoirs en titres et instruments similaires, bien que les dépôts de la clientèle aient baissé, ont montré jeudi les données annuelles de la banque centrale suisse.

L’augmentation des fonds agrégés des clients indiens auprès des banques suisses de 899 millions de francs suisses ( 6 625 crore) à la fin de 2019, inversant une tendance à la baisse de deux ans et poussant le chiffre au plus haut niveau en 13 ans.

Il s’élevait à un record de près de 6,5 milliards de francs suisses en 2006, après quoi il a été en grande partie sur une trajectoire descendante, sauf pendant quelques années, dont 2011, 2013 et 2017, selon les données de la Banque nationale suisse (BNS).

Le montant total de CHF 2,554,7 millions ( 20 706 crore), décrit par la BNS comme le « total du passif » des banques suisses ou les « sommes dues à » leurs clients indiens à la fin de 2020, comprenait 503,9 millions de CHF (plus de Rs 4 000 millions) en dépôts de la clientèle, 383 millions de francs suisses (plus de Rs 3,1 milliards) via d’autres banques, CHF 2 millions ( 16,5 crore) via des trustees ou des trusts et la composante la plus élevée de CHF 1 664,8 millions (presque 13 500 crore) comme « autres montants dus aux clients » sous forme d’obligations, de titres et d’autres instruments financiers.

READ  Fermetures de piscines, augmentation du budget Justice ... Huit séquences à retenir de l'interview de Jean Castex dans "Vous avez le mot"

Alors que les fonds classés comme « dépôts sur compte client » ont en fait diminué de 550 millions de francs à la fin de 2019 et les fonds via des fiduciaires ont également diminué de plus de moitié par rapport à 7,4 millions de francs, l’argent détenu par l’intermédiaire d’autres banques a considérablement augmenté, passant de 88 millions de francs au cours de cette période. .

La plus grande différence, cependant, a été une augmentation des «autres montants dus aux clients» de l’Inde, qui ont plus que sextuplé par rapport à 253 millions de francs fin 2019.

Les quatre composantes avaient diminué en 2019.

Il s’agit de chiffres officiels communiqués par les banques à la BNS et n’indiquent pas le montant de l’argent noir présumé très controversé détenu par les Indiens en Suisse.

Ces chiffres n’incluent pas non plus l’argent que les Indiens, les NRI ou d’autres pourraient détenir dans des banques suisses pour le compte d’entités de pays tiers.

Selon la BNS, ses données sur le “total des engagements” des banques suisses envers les clients indiens prennent en compte tous les types de fonds des clients indiens dans les banques suisses, y compris les dépôts des particuliers, des banques et des entreprises. Cela comprend les données des succursales bancaires suisses en Inde, ainsi que les engagements hors dépôts.

D’un autre côté, les « statistiques de localisation bancaire » de la Banque des règlements internationaux (BRI), qui ont été décrites dans le passé par les autorités indiennes et suisses comme une mesure plus fiable des dépôts de particuliers indiens dans les banques suisses, montrent une près de 39 pour cent d’augmentation en 2020 de ces fonds à 125,9 millions USD ( 932 crores).

READ  Quinn Roux, prêt à déménager en France, alors que l'aventure irlandaise est sur le point de se terminer

Ce chiffre prend en compte les dépôts et crédits de la clientèle indienne non bancaire auprès des banques domiciliées en Suisse et avait affiché une hausse de 7 % en 2019, après avoir diminué de 11 % en 2018 et de 44 % en 2017.

Il a culminé à plus de 2,3 milliards de dollars US (plus de 9 000 crore) à la fin de 2007.

Les autorités suisses ont toujours soutenu que les avoirs détenus par des résidents indiens en Suisse ne peuvent être considérés comme de l’« argent noir » et soutiennent activement l’Inde dans sa lutte contre la fraude et l’évasion fiscale.

Un échange automatique d’informations fiscales entre la Suisse et l’Inde est en place depuis 2018, avec des informations financières détaillées sur tous les résidents indiens qui ont des comptes auprès d’institutions financières fournies aux autorités fiscales indiennes pour la première fois en septembre. autorités fiscales. 2019 et ce sera suivi chaque année.

En plus de cela, la Suisse a activement partagé des détails sur les comptes d’Indiens soupçonnés d’avoir commis des crimes financiers après la présentation de preuves prima facie. Jusqu’à présent, cet échange d’informations a eu lieu dans des centaines de cas.

Globalement, les dépôts de la clientèle dans toutes les banques suisses ont augmenté en 2020 pour atteindre près de 2 000 milliards de francs suisses, dont plus de 600 milliards de francs suisses de dépôts de clients étrangers.

Alors que le Royaume-Uni était en tête des charts de l’argent des clients étrangers dans les banques suisses avec 377 milliards de francs suisses, il était suivi par les États-Unis (152 milliards de francs suisses) à la deuxième place, les deux seuls pays avec des fonds de clients de plus de 100 milliards.

READ  'Aidez-moi! Je suis un Britannique piégé en Suisse et entouré de partisans du Brexit

Les autres dans le top 10 étaient les Antilles, la France, Hong Kong, l’Allemagne, Singapour, le Luxembourg, les îles Caïmans et les Bahamas.

L’Inde s’est classée 51e, devant des pays comme la Nouvelle-Zélande, la Norvège, la Suède, le Danemark, la Hongrie, Maurice, le Pakistan, le Bangladesh et le Sri Lanka.

Parmi les pays BRICS, l’Inde se classe au-dessous de la Chine et de la Russie, mais au-dessus de l’Afrique du Sud et du Brésil.

Les autres pays classés au-dessus de l’Inde comprennent les Pays-Bas, les Émirats arabes unis, le Japon, l’Australie, l’Italie, l’Arabie saoudite, Israël, l’Irlande, la Turquie, le Mexique, l’Autriche, la Grèce, l’Égypte, le Canada, le Qatar, la Belgique, les Bermudes, le Koweït, la Corée du Sud, le Portugal, Jordanie, Thaïlande. , Seychelles, Argentine, Indonésie, Malaisie et Gibraltar.

Les pays pour lesquels les banques suisses ont signalé une diminution des montants dus aux clients comprenaient les États-Unis et le Royaume-Uni, tandis que l’argent garé par des particuliers et des entreprises bangladaises a également diminué en 2020.

Cependant, le montant a presque doublé dans le cas du Pakistan pour atteindre plus de 642 millions de francs suisses.

Comme en Inde, la question de l’argent noir présumé dans les banques suisses a également été un sujet politique brûlant dans les deux pays voisins.

Selon la BNS, il y avait 243 banques en Suisse fin 2020. PTI BJ ABM ABM