Le 1er janvier 2023, la loi dite loi sur le devoir de diligence de la chaîne d’approvisionnement (Lieferkettensorgfaltspflichtengesetz) (la « Loi ») entrera en vigueur en Allemagne. De nombreuses entreprises faisant des affaires en Allemagne devront préparer leurs opérations de mise en conformité dans les mois à venir. La loi fait également partie d’une tendance plus large dans l’Union européenne (UE) vers l’établissement d’exigences obligatoires en matière de diligence raisonnable en matière d’environnement et de droits de l’homme, en particulier pour les opérations de la chaîne d’approvisionnement.

Applicabilité de la loi

La loi s’applique à un large éventail d’entreprises faisant des affaires en Allemagne, y compris certaines entreprises allemandes et leurs filiales américaines. Plus précisément, à partir de 2023, la loi s’applique aux entreprises (y compris étrangères) qui ont leur siège social, leur établissement principal, leur siège administratif, leur siège social ou une succursale en Allemagne et emploient plus de 3 000 salariés. À partir de 2024, la loi est élargie pour inclure les entreprises de plus de 1 000 employés. Cela inclut notamment les intérimaires détachés pour plus de six mois et les salariés détachés dans d’autres pays, comme les États-Unis.

Il est important de noter que la loi est également susceptible d’avoir un indirect impact sur les petites et moyennes entreprises (PME) qui n’atteignent pas les seuils d’effectifs. Les grandes entreprises sont susceptibles d’inclure de nouvelles conditions contractuelles dans leurs accords d’exploitation de la chaîne d’approvisionnement avec les PME pour assurer le respect de la Loi. En outre, étant donné que la Loi oblige les fournisseurs des grandes entreprises et leurs sous-traitants à se conformer à certaines exigences, qu’elles soient ou non respectent les seuils d’effectifs mentionnés ci-dessus, de nombreuses PME sont susceptibles d’être concernées. Dans l’ensemble, la loi est susceptible d’avoir une large portée extraterritoriale en dehors de l’Allemagne.

READ  La météorite `` boule de feu '' tombée sur Terre en 2018 révèle ses secrets

Exigences de conformité en vertu de la loi

La loi introduit plusieurs nouvelles exigences de conformité sur les questions d’environnement et de droits de l’homme qui recoupent les opérations de la chaîne d’approvisionnement. Même pour les entreprises qui disposent déjà d’architectures de conformité solides, la mise en œuvre de ces nouvelles exigences nécessitera probablement une planification et des investissements internes importants.

En vertu de la loi, les entreprises doivent entreprendre des activités de gestion des risques dans un large éventail de domaines de risque identifiés, y compris, mais sans s’y limiter, le travail forcé, la discrimination et les dommages environnementaux. Ces activités doivent être soutenues par une infrastructure interne qui, entre autres, définit les rôles et responsabilités internes pertinents, établit des procédures de règlement des griefs et remplit les obligations de documentation et de rapport.

Les entreprises ont également l’obligation de prévenir, de minimiser et de remédier à tout impact négatif sur les droits de l’homme et l’environnement identifié par ces activités de gestion des risques. Les entreprises doivent non seulement surveiller et agir en cas de violation dans leurs propres opérations, mais aussi dans les opérations de leurs droit fournisseurs, de l’extraction des matières premières à la livraison aux clients finaux. En outre, si une entreprise a une connaissance étayée d’éventuelles violations des droits de l’homme ou des réglementations environnementales par un indirect fournisseur, vous devez immédiatement effectuer une analyse des risques pour ces violations.

La loi prévoit diverses amendes et sanctions en cas de non-respect. Les amendes peuvent aller jusqu’à 800 000 € contre les personnes physiques et jusqu’à 8 millions € contre les personnes morales, et peuvent être majorées en fonction du chiffre d’affaires annuel. À la suite d’une infraction confirmée, les entreprises peuvent se voir interdire de participer à des appels d’offres publics en Allemagne pendant une période pouvant aller jusqu’à trois ans. Enfin, les entreprises allemandes peuvent également faire face à des poursuites en vertu de l’article 823 du Code civil allemand (Bürgerliches Gesetzbuch – BGB) pour violation d’un devoir de sollicitude et prétentions de droit étranger, pour violation de la loi.

READ  Anneaux mystérieux dans une nouvelle image des astronomes de l'énigme Webb

Tendances européennes connexes

La loi fait partie d’un environnement d’application de plus en plus actif dans l’UE en matière de diligence raisonnable en matière de droits de l’homme. Outre l’Allemagne, les Pays-Bas (Loi néerlandaise sur le devoir de diligence en matière de travail des enfants), France (Loi française sur le devoir de vigilance), Suisse (Droit suisse du devoir de diligence) et la Norvège (Loi norvégienne sur la transparence) ont adopté ces dernières années des lois sur le devoir de diligence en matière de droits de l’homme. Bien que ces lois diffèrent à certains égards, chacune représente un « resserrement » notable des obligations juridiques non contraignantes en matière de droits de l’homme, tant pour les activités des entreprises individuelles que pour les opérations plus larges de la chaîne d’approvisionnement.

La Commission européenne (la « Commission ») a également récemment proposé sa directive sur le devoir de diligence en matière de développement durable des entreprises (la « directive »). À l’instar des efforts déployés au niveau national, la directive obligerait les États membres de l’UE à adopter une législation sur les droits de l’homme et la diligence raisonnable environnementale impliquant les entreprises, leurs filiales et leurs chaînes de valeur, en fonction de la taille des employés et des seuils de chiffre d’affaires annuel. La Commission estime que la directive couvrira environ 13 000 entreprises de l’UE et 4 000 entreprises de pays tiers. La proposition doit maintenant être soumise au Parlement européen et au Conseil de l’UE pour leurs approbations respectives. Si elle est adoptée, la directive pourrait entrer en vigueur dès 2024.

READ  Six cas de la variante brésilienne trouvés au Royaume-Uni pour la première fois

Que devez-vous faire avant le 1er janvier ?

Au minimum, les entreprises exerçant des activités en Allemagne doivent évaluer si elles sont susceptibles d’entrer dans le champ d’application de la loi. Les entreprises potentiellement concernées doivent envisager de procéder à une évaluation préliminaire afin de déterminer les étapes nécessaires pour satisfaire aux nouvelles exigences de conformité et compiler une liste des fournisseurs.

Si votre entreprise ne l’a pas déjà fait, vous pouvez également effectuer une évaluation des risques de base, en tenant compte des emplacements de vos fournisseurs, de la nature de votre entreprise, de vos employés et des conditions d’emploi. Si vous développez ou améliorez de manière proactive des politiques pour faire face aux impacts négatifs sur l’environnement et les droits de l’homme, assurez-vous de les concevoir de manière suffisamment flexible pour répondre aux exigences changeantes.

De plus, si votre entreprise exerce ses activités ailleurs dans l’UE, vous devez évaluer l’applicabilité potentielle d’autres lois sur le devoir de diligence en matière de droits de l’homme, si vous ne l’avez pas déjà fait, et surveiller les développements en cours dans ce domaine, tels que la directive.

Pour afficher la version allemande de cet article Insights, Cliquez ici.