Publié le:

Dans un entretien exclusif avec FRANCE 24, le Premier ministre palestinien Mohammed Shtayyeh a salué la décision de la Cour pénale internationale autorisant une enquête sur d’éventuels crimes de guerre commis par les factions israélienne et palestinienne. Il a exhorté le procureur en chef de la Cour à ouvrir rapidement une enquête officielle, notant que ce serait une étape importante vers la reconnaissance internationale de la Palestine en tant qu’État.

S’adressant à FRANCE 24 quelques jours seulement après que la Cour pénale internationale (CPI) basée à La Haye a statué qu’elle avait compétence dans les Territoires palestiniens, ouvrant la voie à des enquêtes pénales sur d’éventuels crimes de guerre ou atrocités commis par les deux parties, Shtayyeh a souligné qu’Israël était le principal agresseur.

Il a également exprimé sa confiance, après ses premiers contacts avec l’administration Biden, que les États-Unis allaient bientôt rouvrir le bureau diplomatique palestinien à Washington, ainsi qu’un consulat américain à Jérusalem-Est, et reprendre l’aide aux Palestiniens.

Cependant, Shtayyeh a reconnu qu’il était peu probable que la nouvelle administration américaine annule la décision de l’administration Trump de déplacer l’ambassade américaine de Tel Aviv à Jérusalem. Pour cette raison, a déclaré Shtayyeh, un véritable processus de paix ne pouvait pas être négocié uniquement par les États-Unis et une participation internationale plus large était nécessaire pour parvenir à une solution à deux États. Un tel effort, a-t-il noté, devrait inclure des acteurs régionaux tels que la Jordanie et l’Égypte, ainsi que l’Europe, la Russie et la Chine.

Il a regretté les récentes décisions de plusieurs pays arabes de normaliser les relations diplomatiques avec Israël, a souligné que cela n’avait «rien apporté» aux Palestiniens et a exhorté les puissances arabes à se rallier à nouveau à la cause palestinienne.

READ  Le père de l'étudiant et cinq personnes accusées de "complicité dans un meurtre terroriste"

Enfin, Shtayyeh s’est dit convaincu que les élections législatives et présidentielles palestiniennes auraient lieu dans les mois à venir, ajoutant qu’il pensait que de telles élections ouvriraient la voie à une véritable réconciliation entre les archivistes palestiniens Fatah et le Hamas.