La marine américaine a annoncé dimanche qu’elle mènerait un exercice naval majeur aux côtés de la Belgique, de la France et du Japon au Moyen-Orient au milieu des tensions sur le programme nucléaire iranien dans la région.

L’exercice du Groupe sur la guerre de la mer d’Oman verra des navires des quatre pays effectuer des exercices dans la mer d’Oman et le golfe d’Oman. Les navires impliqués comprennent le porte-avions français Charles de Gaulle, ainsi que le navire d’assaut amphibie USS Makin Island.

Participeront également la frégate belge HNLMS Leopold I et le destroyer japonais JS Ariake, ainsi que des avions des quatre nations.

L’exercice intervient alors que l’Iran a abandonné toutes les limites de son accord nucléaire de 2015 avec les puissances mondiales à la suite de la décision de 2018 du président Donald Trump de se retirer unilatéralement de l’accord.

Le président Joe Biden a exprimé sa volonté de revenir sur l’accord si l’Iran respecte les limites de l’accord sur son programme nucléaire. Cependant, les tensions restent vives après que les milices en Irak, probablement soutenues par l’Iran, continuent de cibler les intérêts américains.

Le mois dernier, Biden a lancé une frappe aérienne juste au-dessus de la frontière syrienne en représailles, rejoignant tous les présidents américains à partir de Ronald Reagan qui ont ordonné un bombardement de pays du Moyen-Orient.

Il n’y a pas eu de réaction immédiate de l’Iran à l’exercice naval.