Certains ministères et 13 autres entités suisses ont signé un pacte pour augmenter l’efficacité énergétique, développer les énergies renouvelables et rendre leurs investissements « compatibles avec le climat ».

L’initiative contribue à la mise en œuvre de la Stratégie énergétique suisse 2050 et à l’atteinte d’un objectif climatique zéro net d’ici 2050, l’Office fédéral de l’énergie (OFEN) dit mardi. La ministre de l’Environnement Simonetta Sommaruga et la ministre de la Défense Viola Amherd ont rejoint les autres participants au camp d’entraînement militaire de Thoune pour signer un protocole d’accord les engageant à atteindre des objectifs climatiques ambitieux.

Il s’agit de la deuxième phase de l’« Initiative exemplaire énergie et climat », dont la première phase s’est déroulée de 2013 à 2020. Les dix participants à l’origine sont l’administration civile fédérale, le ministère de la Défense, la Poste, les Chemins de fer suisses, Swisscom et Genève. aéroport.

Pour la deuxième phase (2021 à 2030), cinq nouveaux participants ont rejoint: PostFinance, CarPostal, l’aéroport de Zurich, l’entreprise de défense RUAG et le diffuseur suisse SSR, dont swissinfo.ch fait partie. La consommation énergétique combinée de tous les participants représente plus de 2,5% de la consommation énergétique totale de la Suisse, selon l’OFEN.

« Les participants ont fixé des objectifs individuels ambitieux pour l’efficacité énergétique, la production d’électricité verte, la part de chauffage à partir d’énergies renouvelables d’ici 2026 et la part de refroidissement et de carburants à partir d’énergies renouvelables d’ici 2030 », indique le communiqué de presse. Et il ajoute qu’ils visent tous à obtenir 100 % de leur électricité d’origine renouvelable d’ici 2026 au plus tard.

READ  les femmes ont de meilleures réponses immunitaires, selon une étude

L’OFEN qualifie les résultats de la première phase de l’initiative de « extrêmement positifs ». « De 2013 à 2020, les dix participants ont augmenté leur efficacité énergétique de 31,1 % par rapport à la référence 2006 », dit-il.

Une nouveauté de la deuxième phase est le « financement compatible avec le climat », explique l’OFEN, « car les décisions d’investissement d’aujourd’hui détermineront en partie les niveaux futurs d’émissions de gaz à effet de serre ».

swissinfo.ch/jc