Les droits humains de Casta Semenya bafoués par la justice suisse

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a jugé que les droits humains de la double médaillée d’or olympique Caster Semenya ont été violés dans le traitement de son cas par le système judiciaire suisse.

La atleta de pista y campo sudafricana de 32 años, que ganó el oro olímpico en los 800 m en 2012 y 2016, nació con diferencias en el desarrollo sexual (DSD), lo que significa que su cuerpo produce naturalmente niveles más altos de testosterona que les femmes.

Suite aux réglementations introduites par World Athletics en 2018, qui exigent que Semenya reçoive un traitement hormonal qui supprime son taux de testostérone, elle n’a depuis pas été autorisée à participer à des épreuves d’élite entre le 400 m et un mile, à moins qu’elle ne prenne des médicaments.

Elle est dans un différend de longue date avec World Athletics concernant ces règlements. Après avoir perdu des appels devant le TAS, la plus haute juridiction sportive et le Tribunal fédéral suisse (SFT), pour annuler la décision en février 2021, il a saisi la Cour européenne des droits de l’homme.

Le mardi 11 juillet 2023, la Cour européenne des droits de l’homme a statué, à une faible majorité de quatre voix contre trois, que l’appel initial de Semenya contre les règles de World Athletics n’avait pas été correctement entendu.

“La Cour a notamment conclu que la requérante n’avait pas bénéficié en Suisse de garanties institutionnelles et procédurales suffisantes pour permettre un examen efficace de ses griefs.” La CEDH a déclaré dans un communiqué.

“Les grands risques de l’affaire pour le requérant et la faible marge d’appréciation accordée à l’Etat défendeur auraient dû conduire à un contrôle institutionnel et procédural approfondi, mais le requérant n’a pas pu obtenir un tel contrôle.”

READ  Le procureur d'Infantino démissionne et critique le tribunal pour son licenciement

Semenya, qui a longtemps senti qu’elle était victime de discrimination et avait précédemment déclaré que les pilules contraceptives utilisées pour abaisser le taux de testostérone la rendaient «constamment malade», peut désormais être libre de défier à nouveau les règles.

Cependant, il existe un délai de trois mois pour déposer un recours et l’une ou l’autre des parties peut demander que l’affaire soit renvoyée devant la Grande Chambre de la Cour, où un collège de cinq juges examinerait si elle mérite un examen plus approfondi.

On ne sait pas si la décision du tribunal affectera la décision de World Athletics sur les athlètes DSD, mais World Athletics reste ferme dans sa position, ajoutant qu’il encouragera le gouvernement suisse à demander une révision de la décision.

“Nous restons d’avis que le règlement DSD est un moyen nécessaire, raisonnable et proportionné de protéger une concurrence loyale dans la catégorie féminine, comme l’ont conclu le Tribunal arbitral du sport et le Tribunal fédéral suisse, après une évaluation détaillée et experte des preuves . , ‘ World Athletics a déclaré dans un communiqué.

“Nous serons en contact avec le gouvernement suisse au sujet des prochaines étapes et, compte tenu des fortes opinions dissidentes dans la décision, nous les encouragerons à demander le renvoi de l’affaire devant la Grande Chambre de la CEDH pour une décision finale et définitive.”