Le monde de l’art français est en ébullition depuis des mois quant à l’avenir de la FIAC, qui était autrefois la plus grande foire d’art régulièrement organisée à Paris.

Plus tôt cette année, Art Basel a révélé son intention de lancer une nouvelle foire, Paris+. Dans la foulée, il a expulsé la FIAC de son association historique avec le Grand Palais et de sa programmation d’octobre.

Anne-Claude Coric, directrice générale de la Galerie Templon à Paris, a déclaré ARTnews, « Nous participons à la FIAC depuis 1974 et à Art Basel depuis 1978, le remplacement de la FIAC par une nouvelle foire Art Basel a donc été une grande surprise. Personne ne s’attendait à ce que la FIAC soit expulsée si rapidement.

Articles Similaires

« Maintenant qu’Art Basel s’est approprié sa programmation, ses lieux, la plupart de ses exposants et même une partie de son personnel, poursuit-il, je ne vois pas comment la FIAC pourrait se réinventer. »

Certains se sont demandé si la FIAC, qui appartient à RX France, reviendrait un jour dans le lieu auguste où elle se tenait auparavant.

« Il semble peu probable que la FIAC revienne au Grand Palais, étant donné que la demande de prolongation de séjour de RX France a été rejetée à la fois par le tribunal administratif et le conseil d’Etat », a déclaré Julie de Lassus Saint-Geniès, avocate en propriété intellectuelle.

Cependant, il a gardé l’espoir que la foire continuerait à vivre sous une forme ou une autre. « Une exposition n’est pas seulement un espace, mais avant tout un concept. Il ne faut pas être trop prompt à radier RX France. Ils sont toujours propriétaires des marques françaises, européennes et internationales de la FIAC. Ils sont libres de lancer une nouvelle manifestation dans n’importe quel autre lieu de France, Aix, Monaco… De plus, Paris ne manque pas de lieux pouvant accueillir une nouvelle foire ».

READ  Plus de 270.000 personnes signent une pétition pour que France vs Suisse se reproduise

Les acteurs de RX France restent également optimistes. « Nous envisageons toujours de redémarrer la FIAC », a déclaré Michael Filzi, directeur général de la société. ARTnews Dans une interview. « Le nom nous appartient. Et nous n’avons pas l’intention de le vendre. »

Il a refusé de commenter quand et où cela pourrait se produire, certains se demandant si un retour à Paris en valait vraiment la peine.

« Le calendrier des foires internationales est déjà si chargé qu’il est difficile d’imaginer comment la ville de Paris pourrait accueillir une énième foire », a déclaré Coric. « Il y a déjà Art Paris au printemps, ainsi que de nombreuses autres foires dédiées au design, à l’art moderne, à la photographie. »

Le doute entourant la FIAC remonte au 8 décembre dernier, lorsque la RMN-Grand Palais lançait un appel à candidatures pour une nouvelle foire d’art à ouvrir en octobre 2022, suivi d’une nouvelle exposition de photographies en novembre 2022 au Grand Palais Éphémère, son site temporaire utilisé pendant que le principal est rénové pour les Jeux olympiques de 2024.

Ces créneaux appartenaient auparavant à la FIAC et à Paris Photo, tous deux détenus par RX. Les requérants avaient jusqu’au 31 décembre pour plaider leur cause. Le délai de candidature était inhabituellement court, ce qui a incité certains membres de la presse française à se demander si le processus avait été truqué de quelque manière que ce soit.

Intrigué par l’initiative, RX France a déposé un recours urgent pour faire valoir son droit de continuer à organiser des salons au Grand Palais. La requête a été rejetée le 14 janvier 2022 par le juge des référés. Selon le tribunal, la RMN-Grand Palais était en droit d’explorer ses options car elle n’était pas contractuellement tenue d’accueillir les salons RX France 2022 et 2023.

READ  Flyability ouvre les portes du nouveau siège APAC à Singapour

Certains prétendent que Paris+ est destinée à faire de Paris la nouvelle capitale internationale de l’art contemporain, et qu’elle peut être encore plus parisienne que la FIAC, si c’est encore possible. Coric a qualifié Paris+ de « nouveau chapitre de la vie culturelle parisienne. Nous sommes tous prêts à l’accepter.

Gaudel de Stampa, situé dans le 6e arrondissement de Paris, non loin du Pont Neuf, et qui avait participé à toutes les éditions de la FIAC, a postulé pour Paris+ mais n’a pas été retenu. (Un représentant d’Art Basel n’a pas répondu à la demande de commentaire.)

« Nous étions sur la liste d’attente. Nous voulions présenter quatre artistes émergents. Peut-être que c’était trop. Peut-être étaient-ils trop émergents », a déclaré Denis Gaudel, le fondateur de la galerie, ajoutant : « La FIAC a été un moyen de rencontrer des commissaires d’exposition, des critiques d’art et des directeurs de musées internationaux. Le bon côté est que nous consacrons actuellement une exposition personnelle à Gaia Vincensini, qui fut la star de notre [FIAC] stand au Grand Palais Éphémère l’an dernier ».

La marchande d’art de Saint Paul de Vence Catherine Issert a également été écartée de Paris+. « C’est une vraie déception pour moi et pour mes artistes. La FIAC a fourni une grande visibilité aux galeries non parisiennes comme la mienne », a déclaré Issert, qui a assisté à presque toutes les éditions de la FIAC depuis 1976. Elle prévoit de retenter sa chance l’année prochaine. En attendant, sa galerie sera à Paris Photo en novembre et à Art Paris 2023 au printemps prochain. Pourquoi les anciens de la FIAC comme elle ne faisaient-ils pas partie de la liste des exposants de Paris+ ? Issert a déclaré: « Je suppose qu’il n’y a pas assez de place pour un nombre toujours croissant de candidats. »

READ  Les cas de coronavirus en Alaska atteignent de nouveaux sommets. Une vague d'été ne s'est pas transformée en crise. Est-ce que celui-ci?