Les employés, comme le personnel des chalets de ski, peuvent toujours être envoyés du Royaume-Uni en France avec le statut de “ travailleur détaché ” dans le cadre de l’accord sur le Brexit, mais cela ne résout pas le problème du permis de travail.

Les accords de travailleurs détachés dans l’UE permettent aux personnes employées par une entreprise britannique qui paient des impôts britanniques et une assurance nationale d’être détachés pour travailler en France en détachement dans une succursale de la même entreprise ou d’une entreprise. Entreprise française qui facture ensuite l’entreprise britannique pour son travail. .

On craignait que la fin possible du système pour les travailleurs britanniques ne perturbe gravement des milliers d’emplois dans des secteurs tels que le travail dans les chalets de ski.

L’accord sur le Brexit permet désormais aux pays de choisir d’autoriser ou non les entreprises britanniques à «envoyer» des travailleurs, et l’organisme international de sécurité sociale Cleiss a confirmé que c’était le cas en France.

Cependant, des difficultés pratiques importantes subsistent en raison du nouveau statut de «pays tiers» du Royaume-Uni. Charles Owen, porte-parole de la principale organisation commerciale britannique Seasonal Business in Travel, a déclaré que tout ce qui avait été retenu était l’élément fiscal et de sécurité sociale, laissant des problèmes importants que l’accord n’a pas éliminés.

M. Owen a déclaré: «Tous les pays de l’UE ont informé la Commission à présent qu’ils souhaitaient continuer à coordonner la sécurité sociale résultant du déplacement. Malheureusement, cela ne résout pas le problème de l’obligation d’obtenir un permis de travail. C’est toujours le gros problème.

READ  Projet de loi sur la sécurité mondiale: des milliers de manifestants en France, 23 arrestations à Paris

«Si vous souhaitez affecter un travailleur, il aura besoin d’un permis et cela pourrait prendre de quatre à six mois, sans aucune certitude à la fin.

«Si Ski World veut embaucher un travailleur britannique pour travailler à Méribel, par exemple, il faudrait prouver qu’il n’y a pas de travailleur français qui le fait en le publiant pendant huit semaines dans Pôle Emploi, puis demander un permis de travail pour le travailleur, prenant quelques mois, puis le travailleur devrait obtenir un visa auprès de l’ambassade de France.

«Nous avons beaucoup insisté là-dessus, mais c’était l’occasion pour nous de souligner qu’il ne s’agit pas seulement de sécurité sociale. Nous continuerons à faire pression sur les permis de travail ».

Cleiss a déclaré que ces travailleurs doivent obtenir un formulaire A1 des autorités britanniques de la sécurité sociale et que les postes seront désormais limités à un maximum de 24 mois.

Histoires liées

La station d’hiver française ouvre une piste de ski accessible en voiture

Aides d’État aux stations de ski en France, les remontées mécaniques restant fermées