Appuyez sur play pour écouter cet article.

PARIS – Les conservateurs français sont en crise après qu’un président régional a rompu les rangs pour former une alliance avec le parti du président Emmanuel Macron.

Renaud Muselier, président de la région sud Provence-Alpes-Côte d’Azur, devrait être réélu en juin avec une candidature conjointe avec le parti La République en marche (LREM) de Macron.

Dans le cadre de l’accord, négocié par le Premier ministre Jean Castex dimanche, LREM va retirer son propre candidat aux élections.

Cette décision a surpris le conservateur Les Républicains, la force politique autrefois dominante qui a eu du mal à se reconstruire après une défaite écrasante lors de la dernière élection présidentielle.

François Baroin, maire des Républicain de Troyes, aurait dit à Muselier qu’il ne faut pas “mettre une balle dans la tête de la droite”.

Les analystes ont vu cette décision comme un effort du camp Macron, initialement perçu comme centriste, pour revendiquer plus de territoire politique à droite, laissant l’extrême droite dirigée par Marine Le Pen comme sa seule opposition significative de ce côté du spectre.

“C’est un coup de grâce pour Emmanuel Macron, qui tente de détruire l’aile droite”, a déclaré Stéphane Zumsteeg, un sondeur Ipsos. “Il essaie de semer la confusion chez les électeurs et de dévorer tout l’espace entre lui et Marine Le Pen.”

Les sondages prédisent que Macron affrontera probablement Le Pen au deuxième tour de la prochaine élection présidentielle de 2022.

Mardi, les conservateurs sont revenus sur une décision initiale de retirer leur soutien à Muselier, dans le but de minimiser son acte de trahison.

READ  Explorer la Terre depuis l'espace: Morbihan, France [Video]

“C’est un mouvement politique En Marche parce qu’ils savent qu’ils ont échoué et qu’ils n’ont pas de candidats”, a déclaré mardi matin Christian Jacob, président des Républicains. “Ils complotent contre nous et nous devons esquiver leurs attaques.”

Les poids lourds des Républicains ont brièvement envisagé de soutenir un candidat rival contre Muselier, avant de se contenter des assurances de sa part que la portée de l’alliance avec le parti présidentiel serait limitée.

Mardi soir, on ne savait pas combien de membres de LREM rejoindraient la liste de candidats de Muselier.

Macron Shift vers la droite

Les commentateurs français ont décrit l’accord entre Muselier et En Marche comme un moment décisif. Macron s’est penché à droite depuis son élection, abandonnant son approche politique «ni droite ni gauche» et poursuivant des politiques de droite en matière de sécurité, d’islamisme et d’immigration.

Mardi, le quotidien de centre droit Le Monde a publié un titre déclarant que Macron «faisait exploser» Les Républicains. La gauche Libération a publié une caricature de Le Pen et Macron dévorant les conservateurs, sous le titre “2022, que restera-t-il de la droite?”

Macron a déjà affaibli Les Républicains en enlevant de ses rangs des personnalités importantes et en leur donnant les meilleures positions de son gouvernement. Castex entre dans cette catégorie, tout comme son prédécesseur Edouard Philippe, aujourd’hui maire du Havre et l’un des hommes politiques les plus populaires de France.

Mais la décision de Macron de rechercher des alliances avec d’autres partis est également un geste défensif, car son parti a eu du mal à construire une base locale et fait face à une raclée à de nombreux endroits aux élections régionales.

READ  Platini fait face à des questions dans une affaire de corruption et témoigne dans l'enquête Infantino

«En Marche court le risque de perdre significativement aux prochaines élections. Justificatif [Les Républicains], ils montrent qu’ils sont un barrage contre l’extrême droite », a déclaré Zumsteeg. “Et si le candidat de la droite l’emporte, il peut apparaître comme un acteur politique clé et dire qu’eux aussi ont remporté les élections.”

Muselier a tenté de minimiser l’importance de son accord avec En Marche avant une réunion avec les chefs du parti mardi. “Personne ne peut douter de ma loyauté envers mon parti politique et je demanderai votre soutien”, a-t-il déclaré lundi.

Mardi, les poids lourds conservateurs ont passé des heures enfermés dans des discussions au siège parisien du parti, cherchant désespérément à limiter les dégâts causés et à donner une tournure positive aux événements.

“[The deal] c’est la preuve de la vitalité du parti », a déclaré Pierre-Henri Dumont, député des Républicains. «La LREM a tous les pouvoirs, elle contrôle la présidence et l’Assemblée nationale, et pourtant elle doit conclure un accord avec l’opposition [ahead of elections]. “

«Montrez à quel point nous sommes forts», a-t-il ajouté.

Mais pour de nombreux observateurs, cette décision était un signe de la faiblesse des conservateurs et de l’échec des chefs de parti à contrôler leurs candidats électoraux.

Elisa Braun a contribué à informer