Les talibans ont ordonné à leurs combattants de restituer les maisons privées qu’ils ont prises lorsqu’ils ont pris le pouvoir le mois dernier dans un effort apparent pour ramener l’ordre dans les rangs du groupe.

L’ordre du Premier ministre taliban Hasan Akhund fait suite à de récentes déclarations publiques de responsables talibans faisant allusion à des plans visant à mieux organiser et organiser les combattants.

Il a déclaré que les membres des talibans qui appartiennent aux agences de défense, de l’intérieur et de renseignement du groupe militant vivant dans des maisons privées doivent « se rapporter aux bases militaires » à travers le pays.

Pendant ce temps, le chef régional de la Fédération internationale de la Croix-Rouge a averti que l’Afghanistan s’enfonçait dans une profonde « grande crise humanitaire » avec l’hiver à venir et de graves déficits financiers.

Et à Kaboul, les talibans ont tiré pour disperser une manifestation de femmes réclamant l’égalité des droits.

Des membres de la patrouille talibane dans une camionnette à Kaboul le 30 septembre. Les talibans ont tiré dans la capitale pour disperser une manifestation de femmes réclamant l’égalité des droits.

Ces dernières semaines, les talibans ont abandonné leur tenue civile traditionnelle et ont enfilé des uniformes militaires pour projeter un air d’autorité.

Bilal Karimi, un responsable de la sécurité taliban, a confirmé la directive à l’Associated Press.

L’armée afghane a abandonné la plupart de ses positions ou s’est rendue aux talibans lors des bombardements d’août, permettant aux combattants talibans de s’emparer également de bases militaires.

A Kaboul jeudi, les talibans ont tiré pour disperser une petite manifestation de six femmes devant une école locale, réclamant l’égalité des droits à l’éducation.

READ  Novak Djokovic et sa femme détiennent une participation de 80% dans la société développant un traitement pour Covid

Ils ont confisqué les affiches détenues par les femmes disant : « Ne brûlez pas nos livres !

Un homme (deuxième à partir de la gauche) accusé de vol est assis à côté de membres des talibans alors qu'il est détenu dans un poste de police à Kaboul le 30 septembre.

Un homme (deuxième à partir de la gauche) accusé de vol est assis à côté de membres des talibans alors qu’il est détenu dans un poste de police à Kaboul le 30 septembre.

D’autres femmes qui ont rejoint la manifestation dans le quartier de Kart-e-Char ont ensuite été sommées de rentrer chez elles, selon un témoin qui a requis l’anonymat, craignant des représailles des talibans.

Mawlawi Nasratullah, un responsable taliban, a déclaré plus tard aux journalistes que les femmes n’avaient pas demandé l’autorisation de manifester.

Depuis leur arrivée au pouvoir, les talibans ont violemment dispersé des manifestations de femmes exigeant que les droits qu’elles ont conquis au cours des 20 dernières années en Afghanistan ne leur soient pas retirés.

Lorsqu’ils ont dirigé le pays pour la dernière fois dans les années 1990, les talibans avaient imposé leur interprétation sévère de la loi islamique ou de la charia, bannissant les femmes chez elles et leur refusant le droit à l’éducation, au travail et à la vie publique.

Lors d’une conférence de presse à Kaboul, Alexander Matheou, directeur régional de la Fédération internationale, a prédit que « des mois extrêmement difficiles » sont à venir alors que les températures chutent, exacerbant les pénuries alimentaires dues à la sécheresse et à la pauvreté.

Les coupes dans les services de santé mettent en danger de nombreux Afghans vulnérables, en particulier dans les zones rurales, a-t-il ajouté.

La Fédération internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge demande 36 millions de francs suisses (38 millions de dollars) pour continuer à financer des cliniques de santé, des secours d’urgence et d’autres services dans les 16 provinces afghanes.

READ  Des millions de Britanniques qui ont reçu des doses d'AstraZeneca de fabrication indienne « pourraient être exclus du programme de passeport vaccinal de l'UE »

Mercredi, le porte-parole de l’ONU, Stéphane Dujarric, a appelé les donateurs à accélérer le financement d’un appel éclair de 606 millions de dollars qui n’est financé qu’à 22% pour aider 11 millions d’Afghans pour le reste de l’année.

« Il doit y avoir une solution aux flux financiers vers l’Afghanistan pour garantir qu’au moins les salaires puissent être payés et que les fournitures essentielles puissent être achetées, y compris l’énergie et l’eau », a déclaré Matheou.

Un membre des talibans monte la garde le long d'une route à Kaboul.  Le chef régional de la Fédération internationale de la Croix-Rouge a averti aujourd'hui que l'Afghanistan s'enfonce dans une profonde

Un membre des talibans monte la garde le long d’une route à Kaboul. Le chef régional de la Fédération internationale de la Croix-Rouge a averti aujourd’hui que l’Afghanistan s’enfonce dans une profonde « grande crise humanitaire » avec l’hiver à venir et de graves déficits financiers.

Depuis la prise de contrôle des talibans à la mi-août, la Banque mondiale et le Fonds monétaire international ont interrompu leurs versements à Kaboul, tandis que les États-Unis ont gelé des milliards de dollars d’actifs détenus sur des comptes américains par la Banque centrale afghane.

L’aide étrangère représentait auparavant près de 75 pour cent des dépenses publiques de l’Afghanistan, selon un rapport de la Banque mondiale.

Les coupes dans les soins de santé ont fait que 2 500 établissements de santé ne fonctionnent plus et plus de 20 000 personnels de santé, dont 7 000 femmes, ne sont plus payés, a déclaré Matheou, concluant une visite de cinq jours dans le pays.

La communauté internationale est divisée sur la question de la reprise de l’aide à l’Afghanistan alors que le monde attend de voir s’il réimposera son régime strict.

READ  Mystère autour d'un monolithe éphémère en métal

La Chine, cependant, a livré des fournitures d’hiver à l’Afghanistan et commencera bientôt à transporter de la nourriture et d’autres fournitures en tant que « voisin ami », a déclaré jeudi la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Hua Chunying.

L’envoi est arrivé mercredi soir.

La Chine, qui partage une frontière étroite avec l’Afghanistan, s’est moquée de la fin chaotique de la présence américaine dans le pays, accusant Washington de l’intensification des difficultés auxquelles le pays appauvri est désormais confronté sous les talibans.

Pékin a maintenu son ambassade à Kaboul ouverte et a établi des relations diplomatiques avec les talibans.

Matheou a déclaré que les missions diplomatiques restées à Kaboul après la prise de contrôle des talibans ont adopté une approche pragmatique « de la réalité telle qu’elle est maintenant » dans un Afghanistan dirigé par les talibans.

L’envoyé de la Fédération internationale a également rencontré des représentants du Qatar, du Pakistan, de la Turquie et de la Russie à Kaboul.