Publié le:

Tokyo (Japon) (AFP)

Pour Kevin Martyn, qui répare des fauteuils roulants pour des matchs de rugby à fort impact aux Jeux paralympiques de Tokyo, travailler avec des équipements sportifs et des prothèses est le « puzzle ultime ».

Le Canadien de 37 ans fait partie des dizaines d’entraîneurs spécialisés qui sont venus au Japon pour s’assurer que les athlètes ne sont pas déçus par leur équipement.

« J’adore ces chaises, car elles sont conçues pour se frapper aussi fort que possible », a déclaré Martyn à l’AFP en ajustant la hauteur de la barre avant d’un fauteuil roulant dans un atelier pop-up au stade national de Yoyogi.

« Ils sont faits pour l’impact, ils cassent, et j’aime être là pour aider à les réparer, afin qu’ils puissent continuer à jouer dur dans un sport vraiment intense. »

Il travaille pour Ottobock, une entreprise allemande qui gère des ateliers de réparation à tous les Jeux Paralympiques depuis 1988, avec plus de 100 employés de 23 pays présents à Tokyo.

Les ateliers de réparation aident les athlètes paralympiques à réparer les prothèses et autres équipements Yasuyoshi CHIBA AFP

Ils sont sur les sites et dans l’atelier principal du village paralympique, où les coureurs viennent réparer leurs épées et les archers peuvent avoir un protège-doigts personnalisé imprimé en 3D.

« Chaque travail est différent et stimulant, et parfois vous ne savez pas ce que vous allez obtenir. Pour moi, c’est l’énigme ultime à résoudre », a déclaré Martyn.

Ottobock a apporté 17 300 pièces de rechange à Tokyo pour permettre des réparations rapides et efficaces.

READ  La Suisse voit un potentiel de renforcement de la coopération avec l'Azerbaïdjan dans le domaine de l'énergie

Mais l’entreprise pense que la charge pourrait un jour être réduite par l’impression 3D, qui est testée dans son atelier pour la première fois aux Jeux de Tokyo.

Un fauteuil rugby adapté
Un fauteuil rugby adapté Jean SAEKI AFP

« Nous expédions quatre grands conteneurs d’Europe vers ici, car nous ne savons jamais quel est le problème; nous devons apporter beaucoup de choses », a déclaré Peter Franzel, directeur des événements mondiaux d’Ottobock.

« Nous avons beaucoup de pneus, de vis, d’écrous et de boulons… nous avons des articulations du genou pour les prothèses, nous avons des pieds, nous avons des lacets, nous avons des doublures. »

Pour l’instant, l’impression 3D est trop lente pour fabriquer de gros articles à temps pour les compétitions, et les produits pourraient être plus robustes.

Une entreprise allemande gère des ateliers de réparation à tous les Jeux Paralympiques depuis 1988
Une entreprise allemande gère des ateliers de réparation à tous les Jeux Paralympiques depuis 1988 Jean SAEKI AFP

Mais Franzel a de grands espoirs pour la technologie : « Peut-être qu’à l’avenir, nous enverrons simplement une imprimante 3D et imprimerons tout ce dont nous avons besoin. »

L’équipe a déjà effectué 800 travaux de réparation dans les 10 jours précédant vendredi et est disponible 24 heures sur 24 pour les urgences.

Mais Martyn a dit qu’il avait tout apprécié.

« Être capable d’aider ne serait-ce qu’un petit peu, changer un tube ou réparer une fissure, vous savez que vous faites une grande différence. »