Certaines des œuvres cinématographiques les plus remarquables de l’éminent cinéaste géorgien Otar Iosseliani seront conservées aux Archives nationales de Géorgie après avoir subi des retouches numériques en France, a annoncé la salle de Tbilissi.

Films, dont le lauréat du Festival international du film de Berlin en 1982 Pastorale, 1966 caractéristique Feuilles qui tombent et travail de 1970 Il était une fois un merle chantant ils font désormais partie des amateurs d’archives nationales, préservant l’héritage de l’un des noms acclamés du cinéma géorgien.

Les Archives nationales ont déclaré que 21 films au total, de la fiction aux titres documentaires produits en Géorgie et en France, où Iosseliani a beaucoup travaillé, ont été sauvegardés après avoir été numérisés et retouchés et traduits dans un format DCP haute définition.

Produit entre 1950 et 2015, la sélection de films comprend également Favoris de la lune (1984), Chasse aux papillons (1992) et Jardins en automne (2006) et rejoignez des œuvres remarquables d’autres réalisateurs qui ont constitué le corps de la scène cinématographique géorgienne de l’ère soviétique internationalement reconnue.

L’héritage cinématographique d’Iosseliani a été marqué dans des programmes rétrospectifs ces dernières années, notamment le festival Il Cinema Ritrovato à Bologne en 2019 et le Festival international du film de Locarno en 2015.

Le site d’archives basé à Tbilissi a plus de 36 000 rouleaux de films dans ses coffres, ainsi que des œuvres au format numérique. Ceux-ci vont de 1912 Le voyage d’Akaki du réalisateur Vasil Amashukeli, considéré comme le premier long métrage géorgien, aux premières récentes de films produits pendant l’indépendance du pays depuis 1991.

READ  Mort de Sean Connery, reconfigurations en Europe, prêtre orthodoxe blessé… Les six choses à retenir du week-end