Des abeilles sont vues dans un cadre de ruche à Hoerdt, près de Strasbourg, en France, le 27 avril 2018. REUTERS/Vincent Kessler

PARIS, 19 octobre (Reuters) – Les apiculteurs français s’attendent à leur pire récolte depuis des décennies, car un temps exceptionnellement froid et humide dû au changement climatique a empêché les abeilles de produire du miel.

L’association des apiculteurs UNAF a déclaré que sur la base des informations reçues des associations régionales, elle s’attend à ce que la récolte de miel pour 2021 soit de 7 000 à 9 000 tonnes, soit environ un tiers de la récolte de 2020.

« Ce sera la pire récolte de l’histoire de notre organisation, la pire depuis au moins 50 ans », a déclaré mardi à Reuters le président de l’UNAF, Christian Pons.

Pons a déclaré que les apiculteurs de toute l’Europe ont été touchés par le mauvais temps et que le changement climatique aura un impact durable sur la production de miel.

L’UNAF a déclaré que 2021 sera une année désastreuse pour le miel car, à l’exception de quelques rares zones en France, les conditions ont été très difficiles pour les abeilles au printemps et en été, avec de longues périodes de gel, de froid, de pluie et de vents du Nord.

« Le changement climatique, que les apiculteurs ressentent depuis plus de 15 ans, nous affecte vraiment », a déclaré l’UNAF, ajoutant que les saisons de floraison sont de plus en plus précoces. Dans de nombreux endroits, la saison du miel s’est terminée après juillet, alors qu’avant elle durait plusieurs semaines en été.

READ  Participation massive aux manifestations pro-palestiniennes à Paris malgré l'interdiction

En raison des gelées tardives et des pluies, il n’y aura pratiquement pas de miel d’acacia cette année, pour la deuxième année consécutive, alors que la production de miel de romarin, de thym et de bruyère, ainsi que les récoltes de miel de châtaignier et de tournesol, ont été faibles. .

Les récoltes de miel de forêt, de montagne et de pin ont également été décevantes, car la saison de floraison était trop courte et seul le miel de lavande dans le sud-est de la Méditerranée a produit une bonne récolte, a déclaré l’UNAF.

L’organisation estime que la France consomme quelque 40 000 tonnes de miel par an et en importe plus de 30 000 tonnes, alors que les volumes d’exportation cette année seront très faibles.

« Petit à petit, le changement climatique nuit à notre activité. A ce rythme, il y aura de moins en moins de miel français », a-t-il déclaré.

Rapport de Geert De Clercq ; Giles Elgood Montage

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.