Le week-end dernier, l’homme avait été brutalement battu par plusieurs policiers, depuis lors placé en garde à vue.

Quelques jours après la transmission d’une vidéo montrant le passage à tabac du producteur Michel Zecler dans son studio d’enregistrement parisien par la police, les tribunaux ont décidé d’agir. Placés en garde à vue, les quatre policiers incriminés ont été traduits en justice, a déclaré à l’AFP une source proche du dossier.

Dans un contexte politique tendu pour le gouvernement, le procureur de Paris Rémy Heitz a tenu une conférence de presse à 17 heures pour annoncer les orientations données à la garde à vue de quatre policiers à l’Inspection générale de la police nationale (IGPN, le ” police police “) a commencé vendredi après-midi.

Enquête ouverte

Depuis mardi une enquête a été ouverte à son encontre pour “violences volontaires d’un chef de l’autorité publique”, aggravées par le racisme, et “contrefaçon d’acte public”, un crime passible de la peine de mort, bien que ce crime la plupart du temps pour les poursuites pénales.

Le parquet de Paris peut prendre plusieurs décisions: licencier, lever la garde à vue pour que l’enquête puisse se poursuivre ou engager une procédure. Dans ce dernier cas, vous pouvez décider d’envoyer immédiatement les policiers en justice s’il y a un problème et que l’enquête est jugée réussie, ou d’ouvrir une enquête judiciaire.

READ  Sarkozy accusé d '"association de malfaiteurs"