L’épidémie de bronchiolite a atteint la majeure partie de la France après une accélération au début de novembre. Malgré une stabilisation voire une diminution des indicateurs suivis, le gouvernement rappelle les bons gestes pour protéger les bébés. La bronchiolite est une infection virale respiratoire qui affecte les petites bronches et touche principalement les jeunes enfants.

Les signes avant-coureurs de la bronchiolite sont une toux sèche, une respiration rapide, des difficultés à expirer accompagnées d’un sifflement, un rhume et parfois de la fièvre. La plupart des bronchiolites ne sont pas graves tant que l’enfant dort bien, mange bien et joue en souriant. Des signes de gravité incluent des difficultés à manger, des pauses respiratoires, des malaises et l’arrêt de l’alimentation.

Pour réduire les risques de bronchiolite, il est conseillé d’éviter les endroits où il y a du monde, d’aérer les pièces, de se laver les mains et de nettoyer les objets en contact avec d’autres enfants. Les nouveau-nés de moins de 6 semaines, ceux avec des problèmes de santé et les prématurés sont plus à risque de développer des formes graves de bronchiolite.

En cas de bronchiolite, il est recommandé de laver le nez du bébé et de fractionner les repas en petits repas fréquents. L’épidémie de bronchiolite de l’année dernière a conduit de nombreux nourrissons à l’hôpital. Un nouveau traitement préventif, le Beyfortus de Sanofi, est en attente de nouveaux stocks avant d’être proposé à tous les bébés nés depuis février.

L’épidémie de bronchiolite touche la France, principalement les jeunes enfants. Cette infection virale respiratoire a connu une accélération au début de novembre, touchant désormais la majeure partie du pays. Bien que les indicateurs montrent une stabilisation voire une diminution de la propagation, le gouvernement rappelle l’importance de prendre les mesures nécessaires pour protéger les bébés.

READ  Vaccination contre le Covid-19 : êtes-vous concerné.e ? Racontez-nous - Cosmo Sonic

La bronchiolite se caractérise par une toux sèche, une respiration rapide, des difficultés à expirer accompagnées d’un sifflement, un rhume et parfois de la fièvre. Heureusement, la plupart des cas de bronchiolite ne sont pas graves tant que l’enfant dort bien, mange bien et joue en souriant. Cependant, il est essentiel de connaître les signes de gravité tels que des difficultés à manger, des pauses respiratoires, des malaises et l’arrêt de l’alimentation.

Afin de réduire les risques de bronchiolite, il est recommandé d’éviter les lieux fréquentés, d’aérer régulièrement les pièces, de se laver les mains régulièrement et de nettoyer les objets en contact avec d’autres enfants. Il convient de noter que certains bébés présentent un plus grand risque de développer des formes graves de bronchiolite, notamment les nouveau-nés de moins de 6 semaines, ceux ayant des problèmes de santé et les prématurés.

En cas de bronchiolite, il est conseillé de laver le nez du bébé et de lui donner des repas fractionnés en petits repas fréquents. L’épidémie de l’année dernière a conduit de nombreux nourrissons à l’hôpital, soulignant ainsi l’importance de prendre ces précautions. Enfin, un nouveau traitement préventif, le Beyfortus de Sanofi, est en attente de nouveaux stocks avant d’être proposé à tous les bébés nés depuis février.

Ces mesures et recommandations sont essentielles pour protéger nos bébés de cette infection virale et prévenir les cas graves de bronchiolite.