AL RAYYAN, Qatar, 5 décembre (Reuters) – La Suisse est bien consciente des hauts et des bas d’une séance de tirs au but et c’est quelque chose que l’entraîneur Murat Yakin préférerait éviter lorsque son équipe affrontera le Portugal mardi pour une place en quart de finale de le Monde. .

Les souvenirs sont frais pour les Suisses et leurs supporters qui, en quelques jours lors du Championnat d’Europe de l’an dernier, ont connu la joie de vivre d’une victoire aux tirs au but et la douleur de sortir de la même manière.

Les Suisses ont eu une grosse surprise lorsqu’ils ont éliminé la France, championne du monde, en huitièmes de finale, mais quatre jours plus tard, ils ont senti l’autre tranchant de l’épée lorsqu’ils ont perdu contre l’Espagne.

« Nous avons vu cela dans le passé : certains matchs ont été décidés par des tirs au but », a déclaré Yakin aux journalistes lundi. « Les joueurs après chaque entraînement s’entraînent aux tirs au but.

« Si un entraîneur se concentre vraiment là-dessus, ce n’est pas vraiment moi », a-t-il ajouté. « J’aimerais vraiment faire la différence avant les tirs au but.

« Il y a beaucoup de choses importantes avant les tirs au but et nous voulons nous assurer que nous pouvons décider de ce match dans le temps réglementaire.

« Mais s’il s’agit de tirs au but, mon équipe connaît cette situation. »

La Suisse, comme elle le fait souvent, est passée inaperçue au Qatar, atteignant les huitièmes de finale pour la troisième fois consécutive en terminant deuxième de son groupe derrière le Brésil avec des victoires sur le Cameroun et la Serbie.

READ  Une caisse de vin de Bordeaux revient sur Terre après un an dans l'espace | Nouvelles intelligentes

La petite nation alpine frappe régulièrement au-dessus de son poids dans les grands événements et Yakin dit que ses joueurs n’ont pas peur des poids lourds du football comme l’équipe qu’ils affrontent mardi.

Lors de la récente Ligue des Nations, les Suisses ont subi une défaite 4-0 à l’extérieur contre le Portugal, mais les ont battus 1-0 à domicile.

La confiance des Suisses dans leur propre tactique est telle que Yakin dit qu’ils n’ont aucun plan spécial pour faire face au talisman portugais Cristiano Ronaldo.

« Nous savons que Ronaldo peut faire la différence dans un match, nous devons l’empêcher d’avoir l’espace nécessaire pour le faire », a déclaré Yakin. « Mais il n’y a pas de marque spéciale pour les hommes que nous prévoyons.

« Nous sommes bien préparés, nous attendons vraiment ce match avec impatience et nous verrons comment nous pouvons mettre en œuvre notre stratégie.

« Nous avons montré que nous pouvons non seulement suivre le rythme des grandes équipes, mais que nous pouvons être l’équipe dominante. »

Reportage de Steve Keating, montage par Ed Osmond

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.