Une enquête criminelle est en cours après la découverte d’un homme dans le tunnel sous la Manche en route vers la France.

Un homme a été découvert lundi dernier (21 décembre) et aurait traversé le tunnel du côté britannique.

On ne sait actuellement pas pourquoi l’homme, qui serait britannique, a tenté de faire le voyage.

Un porte-parole d’Eurotunnel a déclaré: «Une personne a été détectée à l’intérieur du tunnel sous la Manche et arrêtée par les autorités françaises.

“Comme il y a maintenant une procédure pénale, nous ne pouvons pas commenter davantage pour le moment.”

Ces dernières années, plusieurs tentatives ont été faites des deux côtés du tunnel par des personnes qui voulaient terminer le voyage à pied.

L’obstruction de locomotives ou de voitures sur une voie ferrée est un crime passible d’une peine pouvant aller jusqu’à deux ans de prison en vertu du Malicious Harm Act de 1861.

Un Soudanais qui a parcouru 50 kilomètres depuis la France et a par la suite obtenu l’asile au Royaume-Uni a été condamné à neuf mois de prison pour entrave en juin 2016.

Abdul Haroun a été libéré malgré sa peine de prison en raison du temps qu’il avait déjà passé en détention.

En avril 2016, deux hommes iraniens ont plaidé coupables du même chef d’accusation lorsqu’un tribunal a appris que l’un des hommes avait escaladé une clôture périphérique au passage des trains.

Tous deux ont été condamnés à 14 mois de prison après qu’un juge de la peine ait décrit leurs actions comme le produit «d’un état de désespoir».

Six ans plus tôt, Amer Hassan avait parcouru plus de la moitié du tunnel avant de changer d’avis sur la perspective de vivre en Angleterre et de se livrer à la police.

READ  Essence: le retour de la hausse des taxes?

Hassan a été ramené en France, où il a été reconnu coupable de cambriolage et condamné à une peine de deux ans, avant d’être informé qu’il serait expulsé une fois libéré.

La marche de Folkestone à Calais, très dangereuse en raison de l’effet de vide des trains à grande vitesse, est estimée à environ 15 heures.

Le ministère de l’Intérieur a été contacté pour commentaires.