Publié le:

Makthar (Tunisie) (AFP) – La plupart des écoles tunisiennes sont à court d’argent et délabrées, mais un projet innovant en a rendu une autosuffisante en générant sa propre énergie solaire et en cultivant sa propre nourriture.

Aujourd’hui, l’homme à l’origine de l’initiative espère que le succès de l’internat rural de Makthar pourra servir de modèle pour moderniser le secteur scolaire public délabré de la petite nation nord-africaine.

L’homme d’affaires Lotfi Hamadi, 46 ans, fondateur de l’association « Wallah (je jure devant Dieu) We Can », a grandi en France mais s’est installé en Tunisie après la révolution de 2011 qui a renversé le dictateur Zine El Abidine Ben Ali.

Basé en Tunisie, le consultant en hôtellerie a jeté son dévolu sur l’école, située dans une région reculée et pauvre à 170 kilomètres (100 miles) au sud-ouest de la capitale et à proximité de la ville natale de ses parents, Kesra.

Des panneaux solaires recouvrent les toits de l’internat de Makhtar, dans le centre de Tunis. FETHI BELAID AFP

« Je voulais prendre ce qui fonctionne dans le monde des affaires et transformer les écoles en entreprises sociales », a déclaré Hamadi, dont les parents étaient des immigrants économiques en France qui ne savaient ni lire ni écrire.

« Nous ne cherchons pas à combler le vide laissé par le système éducatif, mais à les compenser un peu, leur apprendre à apprendre, leur donner la curiosité de s’ouvrir au monde », a-t-il dit à propos des 565 élèves de l’école, la plupart dont des retraités.

READ  Expo 2020 Dubaï : la France peint l'Expo en bleu, blanc et rouge - Actualités

Hamadi a commencé il y a dix ans en collectant des dons pour acheter 50 chauffe-eau solaires, qui ont permis pour la première fois des douches chaudes régulières pour les étudiants, et 140 panneaux photovoltaïques qui produisent quatre fois l’énergie consommée sur place.

Les ouvriers récoltent des poivrons verts, dont les bénéfices servent à financer l'internat de Makhtar.
Les ouvriers récoltent des poivrons verts, dont les bénéfices servent à financer l’internat de Makhtar. FETHI BELAID AFP

En vendant un tiers du surplus à la compagnie nationale d’électricité, l’école a pu payer les factures de services publics et financer les améliorations du site et les activités parascolaires.

L’électricité supplémentaire restante est distribuée gratuitement à trois autres écoles à proximité.

L’année dernière, le groupe de Hamadi a lancé Kidchen, une coopérative d’agriculteurs qui cultive des légumes sur environ 20 acres de terrain à proximité.

Si certains produits vont à la cantine scolaire, 90% ont été vendus depuis cet été et les bénéfices aident à payer les activités scolaires.

L'école s'est bâtie une réputation dans la région et est très demandée, avec 80 enfants désormais sur liste d'attente.
L’école s’est bâtie une réputation dans la région et est très demandée, avec 80 enfants désormais sur liste d’attente. FETHI BELAID AFP

Kidchen a six parents d’élèves auparavant au chômage et un ingénieur agronome, qui reçoivent un revenu stable et une part du capital social et des dividendes.

« Cela nous pousse à travailler plus dur et à produire plus », a déclaré le jardinier en chef Chayeb Chayeb, un père de trois enfants âgé de 44 ans.

« C’est un projet pour nous-mêmes. »

‘Découvrez les opportunités’

Hamadi a déclaré qu’une meilleure scolarisation était nécessaire de toute urgence dans le pays en proie à des années d’instabilité politique et de problèmes économiques depuis la révolution.

READ  Levez la main pour une économie circulaire
Les élèves se rassemblent dans la cour de récréation de l'internat de Makhtar, situé dans une région reculée et pauvre à 170 kilomètres (100 miles) au sud-ouest de la capitale.
Les élèves se rassemblent dans la cour de récréation de l’internat de Makhtar, situé dans une région reculée et pauvre à 170 kilomètres (100 miles) au sud-ouest de la capitale. FETHI BELAID AFP

La situation est aujourd’hui bien loin de l’ère d’Habib Bourguiba, le premier président tunisien après l’indépendance de la France en 1956, qui a fortement encouragé l’enseignement primaire.

Initialement, le bouleversement du printemps arabe a suscité l’espoir d’un plus grand respect des droits sociaux et économiques, mais aujourd’hui, « 75 % des élèves abandonnent l’école primaire incapables d’écrire deux phrases », a déclaré Hamadi.

« Le système éducatif souffre depuis la révolution (…) parce que tous les gouvernements ont cédé à la pression des syndicats », a-t-il déclaré.

Le groupe à but non lucratif "Wallah (je jure devant Dieu) nous pouvons" espère qu'aider les écoles à accroître leurs ressources grâce à la production de nourriture et d'énergie pourra donner un nouveau souffle au système éducatif tunisien défaillant et à court d'argent
Le groupe à but non lucratif « Wallah (Swear to God) We Can » espère qu’aider les écoles à augmenter leurs ressources grâce à la production de nourriture et d’énergie pourra donner un nouveau souffle au système éducatif tunisien défaillant et à court d’argent. . FETHI BELAID AFP

En conséquence, plus de 95 % du budget du ministère sert à payer les salaires du personnel, ce qui laisse peu pour l’entretien, les manuels scolaires et la formation des enseignants.

Quelque 100 000 élèves abandonnent le système scolaire tunisien chaque année et de nombreux parents, inquiets du piètre niveau scolaire des écoles publiques, optent pour des cours privés onéreux.

Chayeb, le principal agriculteur, a déclaré que le modèle Makthar avait aidé sa famille et fourni à ses enfants de meilleurs repas scolaires et des activités allant des compétences commerciales et des langues étrangères à la robotique et au théâtre.

READ  Ineos confirme le grenadier électrique | Revue CAR

« Avant, j’étais un saisonnier avec des contrats de cinq ou six mois, toujours dans un endroit différent », raconte-t-il. « Maintenant, je travaille près de chez moi. »

L'entrepreneur Lotfi Hamadi a fondé le "Wallah (je jure devant Dieu) nous pouvons" groupe à but non lucratif
L’entrepreneur Lotfi Hamadi a fondé le groupe à but non lucratif « Wallah (Swear to God) We Can » FETHI BELAID AFP

L’ancienne étudiante Chaima Rhouma, 21 ans, qui étudie le droit en vue de devenir diplomate, a déclaré que le projet avait complètement revitalisé l’école, en remplaçant une cour jonchée de détritus par un terrain de sport et un jardin.

Les clubs de littérature, de théâtre et de cinéma l’avaient remplie de « bonnes vibrations », a-t-elle déclaré. « Je suis devenu plus curieux, je suis toujours à la recherche de nouvelles choses. Ici, on peut étudier en s’amusant. »

L’école a acquis une réputation dans la région et est très demandée, avec 80 enfants désormais sur liste d’attente, a déclaré son directeur, Taher Meterfi.

Pendant ce temps, Hamadi va de l’avant avec son prochain projet : un projet de ferme en grande partie biologique de 40 hectares pour fournir de l’électricité et de la nourriture aux 23 écoles de la ville pour quelque 3 500 élèves.

A l’heure où la crise en Tunisie pousse de nombreux jeunes à émigrer, elle espère aider les enfants « à s’assimiler à leur pays et à découvrir les opportunités qu’il offre ».