Cela vaut la peine d’économiser et de réduire la dette les bonnes années, ainsi que d’investir, explique Sabine D’Amelio Favez, directrice de l’Administration fédérale des finances. Pierre angulaire / Peter Schneider

L’économie suisse retrouvera son niveau d’avant la pandémie à partir de cette année et n’a pas besoin d’un plan de relance, a déclaré Sabine D’Amelio-Favez, directrice de l’Administration fédérale des finances.

Ce contenu a été publié le 19 juin 2021 – 12:13

Keystone-SDA / jc

La Confédération a contracté des dettes de 30 milliards de francs suisses (33 milliards de dollars) pour endiguer les conséquences économiques du Covid-19, a-t-il déclaré dans une interview publiée samedi par les journaux du groupe CH Media. C’est une somme importante, mais la Suisse était dans une excellente position avant l’épidémie de Covid-19, a-t-il déclaré aux journaux.

La crise a montré que l’épargne et la réduction de la dette sont rentables les bonnes années, vous pouvez donc engager des dépenses supplémentaires pour faire face à une crise, a-t-il déclaré. Par rapport à d’autres pays, la Suisse n’avait pas négligé les investissements avant la crise, augmentant les dépenses d’infrastructure, d’éducation et d’innovation, a poursuivi D’Amelio-Favez.

Elle a dit le Administration fédérale des financesLien externe il avait également été agréablement surpris par l’évolution des recettes fiscales. Les recettes des impôts fédéraux directs au premier trimestre 2021 étaient au même niveau qu’au premier trimestre 2020. Par conséquent, la Suisse est déjà revenue à la normale, a conclu le directeur.

Il a déclaré que les entreprises suisses avaient bien surmonté la crise dans l’ensemble, ce qui était également dû au soutien du gouvernement fédéral. Les petites entreprises et les secteurs avaient été les plus touchés et les grands, les moins. Cela a eu un impact sur les impôts, a noté D’Amelio-Favez.

READ  Payoneer va entrer en bourse dans une fusion de 3,3 milliards de dollars