L’auteur est un commentateur scientifique.

L’affirmation selon laquelle le Royaume-Uni est un leader mondial dans le domaine de la science et de la technologie est souvent répétée mais rarement remise en question. Le gouvernement se vante d’être un « leader mondial » ; UK Research and Innovation, l’agence nationale de financement, parle du « leadership mondial du Royaume-Uni dans les technologies transformatrices ».

La réalité est peut-être moins rose, selon une nouvelle analyse provocatrice des spécialistes de la politique scientifique. Sa conclusion, selon laquelle le Royaume-Uni est bon, mais pas exceptionnel, dans les domaines prioritaires de la science et de la technologie, remet en question le récit dominant d’une nation courageuse avec des idées intelligentes qui échouent lorsqu’il s’agit de les transformer en grandes innovations. Au contraire, la réputation du Royaume-Uni est gonflée par des succès historiques, notamment des lauréats du prix Nobel, des universités obtenant des scores élevés dans les classements mondiaux et une dépendance excessive à des valeurs aberrantes extrêmement réussies, notamment la société d’intelligence artificielle basée à Londres DeepMind.

Il est important de vérifier la réalité : la science britannique subit une réinitialisation majeure, motivée par des facteurs tels que le Brexit et la baisse de la productivité. Le Département des sciences, de l’innovation et de la technologie a été créé le mois dernier ; Sir Paul Nurse, lauréat du prix Nobel et directeur du Francis Crick Institute de Londres, a publié son analyse tant attendue du paysage de la recherche et de l’innovation au Royaume-Uni. L’hypothèse selon laquelle la science britannique est bonne mais pas exceptionnelle renforce les arguments en faveur de la reprise des liens post-Brexit avec Horizon, le programme de recherche de l’UE.

La nouvelle recherche a été menée par le professeur Paul Nightingale, de l’unité de recherche sur la politique scientifique de l’Université du Sussex, et James Phillips, chercheur principal honoraire de l’UCL en politique scientifique et ancien conseiller spécial du Premier ministre. Son article, qui a été publié en ligne mais non évalué par des pairs, commence par une statistique cruciale sous-jacente à l’affirmation de “leader mondial”: si on le mesure par la paternité, le Royaume-Uni représente environ 13% du 1% supérieur à la plupart. Articles très cités dans tous les domaines de recherche.

Un examen plus approfondi de la recherche de pointe dans des domaines prisés, tels que l’intelligence artificielle et la biologie synthétique, est révélateur. La part de citations du Royaume-Uni dans les 100 meilleurs articles récents sur l’IA s’élève à un respectable 7,8 % dans l’ensemble, mais une fois que DeepMind est supprimé, elle tombe à 1,9 %. “Si vous retirez DeepMind de l’équation, les performances de l’IA au Royaume-Uni sont extrêmement faibles”, déclare Nightingale. “Avoir un point de défaillance unique est extrêmement inquiétant.”

La biologie synthétique au Royaume-Uni est également monopolisée par le laboratoire de biologie moléculaire du MRC à Cambridge. Trois institutions américaines, dont le MIT, surpassent individuellement toutes les productions de biosynthèse de haut niveau du Royaume-Uni. Le domaine des technologies quantiques, une autre priorité du gouvernement, recevra 2,5 milliards de livres sterling dans le budget d’aujourd’hui, mais selon le document, le pays a obtenu le titre de “superpuissance quantique” pour la dernière fois entre 2003 et 2007, lorsqu’il occupait la deuxième place des contributions au haut. – Documents cités. Il se classe désormais cinquième. Le Royaume-Uni est “battu” par les États-Unis et la Chine, dit Nightingale, et est éclipsé par des nations plus petites comme Singapour, la Suisse et le Danemark.

Richard Jones, professeur de physique des matériaux et de politique d’innovation à l’Université de Manchester, salue le message correctif de l’article, qui suggère que “plutôt que de diriger le monde, nous réussissons plutôt bien pour un pays de notre taille et de nos ressources”. Mais, ajoute-t-il, il sous-estime la vaste base de recherche du Royaume-Uni : “Vous n’avez pas à tout inventer pour en bénéficier.”

Nightingale et Phillips indiquent une trajectoire de déclin national progressif. Cela fait écho au point de vue de Nurse sur les problèmes “graves et de longue date”, y compris le manque d’investissement. Alors que le Royaume-Uni dans son ensemble dépense environ 2,5 % du produit intérieur brut en moyenne de l’OCDE en 2019 pour la recherche et le développement, la contribution directe du gouvernement à la R&D nationale est inférieure à 0,5 %, ce qui le classe au 27e rang sur 36 pays de l’OCDE, derrière les pays du Sud. Corée, Allemagne et États-Unis Les recommandations de l’infirmière incluent : plus de dépenses ; un environnement politique moins volatil et attractif pour les investisseurs ; un panorama simplifié et moins bureaucratique ; et une forte collaboration internationale.

La question est de savoir si l’examen, comme la pensée du gouvernement, est suffisamment stratégique ou perturbateur. Nightingale se plaint que le Royaume-Uni soit toujours “coincé dans un système des années 1950 de” donnons de l’argent à de bons gars et laissons-les se mettre au travail “”, assailli par un processus décisionnel opaque.

Les garçons et les filles font du bon travail et voudront rester sur Horizon pour maintenir l’élan. Mais leader mondial ? Il reste encore du chemin à parcourir avant que la science britannique ne puisse vraiment revendiquer une place sur le podium.

Cet article a été modifié pour préciser que le Laboratoire de biologie moléculaire du MRC ne fait pas partie de l’Université de Cambridge.