LAUSANNE, Suisse (AP) – Un cavalier équestre des Émirats arabes unis a remporté son appel pour annuler une interdiction record de 20 ans. pour avoir abusé d’un cheval mort dans une course longue distance.

La Fédération équestre internationale a déclaré mardi qu’elle était “extrêmement déçue” que le cheikh Abdul Aziz bin Faisal al Qasimi ait obtenu gain de cause devant le Tribunal arbitral du sport.

La trois juges du panel du TAS ont statué que l’instance dirigeante ne pouvait pas prouver que le cheik avait concouru sur un cheval épuisé ou blessé, ou qu’il était responsable de souffrances inutiles.

“La FEI doit défendre le bien-être des chevaux et réprimer la maltraitance des chevaux, donc perdre cette affaire en appel est plus que décourageante”, a déclaré la secrétaire générale de la FEI, Sabrina Ibáñez, dans un communiqué.

Le cheval du cheikh, Castlebar Contraband, a été euthanasié après avoir subi une grave blessure à la jambe lors d’une course d’endurance de 90 kilomètres en France en 2016.

L’instance dirigeante a présenté des preuves montrant que le cheval avait reçu une injection d’un sédatif interdit en compétition qui avait un effet de blocage nerveux qui lui permettait de traverser la douleur.

Le directeur vétérinaire de la FEI, Göran Åkerström, a déclaré que le bloc nerveux supprime la “fonction protectrice fondamentale de la sensation” et augmente le risque de blessures catastrophiques.

Les courses de chevaux blessés ont été “un problème majeur dans le sport d’endurance”, a déclaré la FEI dans son témoignage, décrivant la région du Moyen-Orient comme “le plus grand défi”.

READ  Neymar expulsé pour la défaite du PSG contre Lille

Cependant, le panel du TAS a déclaré dans une décision du 14 avril qu’il “n’était pas confortablement convaincu que Contraband avait un bloc nerveux ou” anormalement engourdi “dans ses membres lors de la compétition.”

La SAE a également statué que le cavalier et le vétérinaire du cheval «n’auraient pas pu raisonnablement déceler la blessure de fatigue osseuse alléguée».

Les juges ont annulé une amende de 32 500 francs suisses (35 600 dollars) infligée par la FEI au cheikh l’an dernier. L’organe directeur a également été condamné à payer 8 000 francs suisses (8 750 dollars) pour couvrir ses frais de justice.

___

Plus de AP Sports: https://apnews.com/hub/apf-sports et https://twitter.com/AP_Sports