Plusieurs actionnaires de Total (TOTF.PA) prévoient de montrer leur inquiétude quant au fait que la société française ne fait pas assez pour réduire les émissions de carbone lors de son assemblée générale de vendredi, alors que les sociétés pétrolières et gazières mondiales sont soumises à une pression environnementale croissante.

L’Agence internationale de l’énergie a averti que les nouveaux projets de combustibles fossiles doivent être arrêtés cette année si le monde veut atteindre des émissions nettes de carbone nulles d’ici le milieu du siècle, un rythme beaucoup plus rapide que les producteurs de pétrole ne l’avaient envisagé jusqu’à présent.

Total, qui a été confronté ces dernières années à des demandes croissantes d’investisseurs pour se fixer des objectifs plus ambitieux en matière de changement climatique, sollicite l’aval des actionnaires pour une motion sur ses objectifs environnementaux, qui comprend l’atteinte de la neutralité carbone d’ici 2050.

Mais plusieurs investisseurs français et internationaux, dont Meeschaert Asset Management (AM), PME, OFI, Ircantec, La Française, Sycomore et Actiam, ont déclaré ou confirmé à Reuters leur intention de voter contre la motion ou de s’abstenir.

Au-delà de ces investisseurs, qui détiennent ensemble une faible proportion des actions de Total, l’ampleur de la révolte n’était pas immédiatement claire. Les initiatives passées pour remettre Total sur la bonne voie pour ses objectifs climatiques n’ont pas reçu suffisamment de soutien pour modifier ses plans.

Amundi, qui est le plus grand investisseur de Total, et le fonds pétrolier norvégien, son quatrième actionnaire, ont annoncé leur intention de soutenir le plan lors de la réunion de cette semaine.

READ  European Challenge Cup : Biarritz 29-39 Wasps - Wasps scelle la quatrième place dans le sud de la France

Total a déclaré jeudi ne pas vouloir commenter les intentions de vote avant son AGA.

L’ampleur de la rébellion sera surveillée de près pour toute indication qu’elle pourrait provoquer une action de la part du conseil d’administration de Total.

Cette semaine, un petit fonds spéculatif a porté un coup dur à Exxon Mobil (XOM.N), licenciant au moins deux membres du conseil d’administration dans le but de forcer l’entreprise à faire plus sur le changement climatique. Lire la suite

Shell (RDSa.L) et BP (BP.L) ont été confrontés à un nouveau recul lors des récentes AGA pour n’avoir pas fait suffisamment d’efforts pour aligner leurs plans d’affaires sur la transition vers une économie sobre en carbone, comme prévu dans l’Accord de Paris sur le climat 2015. En savoir plus

Total reste engagé dans de nouveaux projets et prévoit d’augmenter la production de gaz dans les années à venir, et s’implique également dans la construction de nouveaux projets dans l’Arctique et en Afrique de l’Est.

« On ne sait pas comment il atteindra ses objectifs étant donné le rythme actuel de la production de combustibles fossiles et des investissements qui dépassent encore largement les énergies renouvelables », a déclaré Actiam.

Trente-quatre signataires de Climate Action 100+, première initiative mondiale d’investissement axée sur le lobbying des grands émetteurs pour accélérer leurs efforts, ont déclaré séparément que Total n’en faisait toujours pas assez.

Total sollicite également l’approbation des actionnaires pour changer son nom en TotalEnergies, reflétant sa volonté de production d’électricité et ses investissements dans les énergies renouvelables.

Nos normes: Les principes de confiance de Thomson Reuters.

READ  France 24 couvre les mensonges de Johnson