TOKYO (AP) – Quiconque a marqué un fadeaway 3 dans un match de basket sait qu’il existe deux moyens infaillibles de commencer un combat sur le terrain de jeu.

Parle mal de la mère de quelqu’un.

Ou appelez une faute offensive.

Lors des débuts en 3v3 sur demi-terrain aux Jeux olympiques de samedi, Arvin Slagter, des Pays-Bas, a fait un mauvais choix sur Dejan Majstorovic de Serbie qui a envoyé Majstorovic au sol.

Un coup de sifflet a retenti. Un arbitre vêtu d’un T-shirt gris ardoise et d’un short noir a serré la main en un poing, a tendu le bras et a lancé l’appel qui ferait voler les poings d’une manière totalement différente dans un vrai jeu de rue. “Infraction!” cria-t-il en disant la faute.


Personne ne s’est disputé. C’était l’un des nombreux signes que cette version olympique du streetball urbain, comme l’appellent parfois les hauts gradés du jeu, est un peu différente de ce qui se passe sur les courts noirs d’Amérique et du reste du monde.

Différent, oui, mais entendre ces joueurs dire que c’est toujours assez amusant.

“Le 3v3 est du basket-ball d’une manière très intense”, a déclaré le coéquipier de Slagter, Jessey Voorn. “Mais ce n’est pas du streetball.”

Les JO aiment l’idée du « streetball » car ils font de leur mieux pour injecter du sport dans le programme estival chargé qui séduira un public international plus jeune. Le skate, le surf, l’escalade sportive et, en trois ans à Paris, le break dance (on les appelle les années 80, ils veulent le retour de la boom box) font partie des nouveaux sports également choisis pour remplir cette mission.

READ  La fan écossaise Louise Duncan à seulement deux coups d'avance de l'Open féminin avant le tour final

Au moins d’une manière, 3v3 est un ajustement parfait. Le jeu inventé et perfectionné aux États-Unis n’a pas d’équipe américaine du côté masculin du tirage olympique à huit équipes. Il a une équipe féminine mongole.