Publié le: Modifié:

Washington (AFP)- Une semaine seulement après que ses premières images ont été montrées au monde, le télescope spatial James Webb a peut-être trouvé une galaxie qui existait il y a 13,5 milliards d’années, a déclaré mercredi un scientifique qui a analysé les données.

Connue sous le nom de GLASS-z13, la galaxie remonte à 300 millions d’années après le Big Bang, environ 100 millions d’années plus tôt que tout ce qui avait été identifié précédemment, a déclaré à l’AFP Rohan Naidu du Harvard Center for Astrophysics.

« Nous voyons potentiellement la lumière des étoiles la plus éloignée que quiconque ait jamais vue », a-t-il déclaré.

Plus les objets sont éloignés de nous, plus leur lumière mettra du temps à nous atteindre, donc regarder en arrière dans l’univers lointain, c’est voir dans le passé profond.

Bien que GLASS-z13 ait existé dans la première ère de l’univers, son âge exact est inconnu, car il aurait pu se former à tout moment au cours des 300 premiers millions d’années.

GLASS-z13 a été repéré dans les données dites de « diffusion anticipée » de l’imageur infrarouge principal de l’observatoire en orbite, appelé NIRcam, mais la découverte n’a pas été révélée dans la première série d’images publiées par la NASA la semaine dernière.

Lorsqu’elle est traduite de l’infrarouge au spectre visible, la galaxie apparaît comme une tache rouge avec du blanc au centre, dans le cadre d’une image plus large du cosmos lointain appelée « champ profond ».

Naidu et ses collègues, une équipe de 25 astronomes du monde entier, ont soumis leurs découvertes à une revue scientifique.

READ  Galerie: Record de l'heure mondiale d'Ellen van Dijk Trek Speed ​​​​Concept

Pour l’instant, la recherche est publiée sur un serveur de « préimpression », elle est donc accompagnée de la mise en garde qu’elle n’a pas encore été évaluée par des pairs, mais elle a déjà jeté la communauté astronomique mondiale dans un tumulte.

« Le record astronomique est déjà en train de s’effondrer et il y a plus d’instabilités », a tweeté le scientifique en chef de la NASA Thomas Zurbuchen.

« Oui, j’ai tendance à n’applaudir qu’une fois que la science aboutit à un examen clair par les pairs. Mais cela semble très prometteur », a-t-il ajouté.

Naidu a déclaré qu’une autre équipe d’astronomes dirigée par Marco Castellano travaillant avec les mêmes données est parvenue à des conclusions similaires, « donc cela nous donne confiance ».

‘travail à faire’

L’une des grandes promesses de Webb est sa capacité à trouver les premières galaxies qui se sont formées après le Big Bang, il y a 13,8 milliards d’années.

Lorsqu’elle est traduite de l’infrarouge au spectre visible, la galaxie apparaît comme une tache rouge avec du blanc au centre dans le cadre d’une image plus large du cosmos lointain. Brochure Université de Copenhague/AFP

Parce qu’ils sont si loin de la Terre, au moment où leur lumière nous atteint, elle a été étirée par l’expansion de l’univers et déplacée dans la région infrarouge du spectre lumineux, que Webb est équipé pour détecter avec une clarté sans précédent.

Naidu et ses collègues ont passé au peigne fin ces données infrarouges de l’univers lointain, à la recherche d’une signature révélatrice de galaxies extrêmement lointaines.

En dessous d’un certain seuil de longueur d’onde infrarouge, tous les photons (paquets d’énergie) sont absorbés par l’hydrogène neutre de l’univers qui se trouve entre l’objet et l’observateur.

READ  William Shakespeare obtient le vaccin Covid

En utilisant des données collectées à travers différents filtres infrarouges pointés vers la même région de l’espace, ils ont pu détecter où se produisaient ces chutes de photons, d’où ils ont déduit la présence de ces galaxies plus lointaines.

« Nous avons examiné toutes les premières données sur les galaxies avec cette signature étonnante, et ce sont les deux systèmes qui avaient de loin la signature la plus convaincante », a déclaré Naidu.

L’un d’eux est GLASS-z13, tandis que l’autre, pas si ancien, est GLASS-z11.

« Il existe des preuves solides, mais il reste encore du travail à faire », a déclaré Naidu.

En particulier, l’équipe souhaite demander aux responsables Webb du temps de télescope pour effectuer une spectroscopie, une analyse de la lumière qui révèle des propriétés détaillées, afin de mesurer sa distance précise.

« Pour le moment, notre hypothèse de distance est basée sur ce que nous ne voyons pas – ce serait formidable d’avoir une réponse à ce que nous voyons », a déclaré Naidu.

Cependant, l’équipe a déjà détecté des propriétés surprenantes.

Par exemple, la galaxie a la masse d’un milliard de soleils, ce qui est « potentiellement très surprenant, et c’est quelque chose que nous ne comprenons pas vraiment » étant donné le peu de temps qu’elle s’est formé après le Big Bang, a déclaré Naidu.

Lancé en décembre dernier et pleinement opérationnel depuis la semaine dernière, Webb est le télescope spatial le plus puissant jamais construit, et les astronomes sont convaincus qu’il inaugurera une nouvelle ère de découverte.