Le pays du soleil levant est tombé aux mains de la superpuissance informatique des États-Unis. Le nouveau supercalculateur Frontier du Laboratoire national d’Oak Ridge (ORNL) a évincé le japonais Fugaku de la première place du classement Top500 des systèmes connus publiquement les plus puissants au monde.

L’avantage de Frontier sur le Japon Basé sur A64X La machine Fujitsu n’est pas non plus à l’étroit. Le cluster a atteint une performance maximale de 1,1 exaflops selon le benchmark Linpack, qui a été la norme par laquelle les supercalculateurs ont été testés. classifié depuis le milieu des années 1990.

Frontier marque le premier ordinateur exascale publiquement référencé par une large marge. Le système ORNL est en avance sur FugakuLes 442 pétaflops de performance de Fugaku, ce qui était assez fort pour maintenir Fugaku à la première place pendant deux ans.

Atteindre le statut exascale est une chose, mais beaucoup s’attendaient à ce que le système Fugaku, axé sur l’efficacité, conserve ses notes vertes, même s’il tombait sur le front des performances. Mais Frontier n’est pas seulement le supercalculateur connu le plus puissant, c’est aussi le plus efficace. À 52,23 gigaflops par watt, le système a également surpassé les réseaux préférés du Japon. Système MN-3 prendre la tête du Green500.

« Le fait que la machine la plus rapide au monde soit aussi la plus économe en énergie est tout simplement incroyable », a déclaré Thomas Zacharia, directeur du laboratoire de l’ORNL, lors d’une conférence de presse dimanche.

Les résultats marquent un tournant pour le supercalcul américain, qui a décliné ces dernières années. Les systèmes américains capturent désormais les première, quatrième, cinquième, septième et huitième places dans le top dix des la liste Top500 vient d’être présenté à la Conférence internationale sur le calcul intensif.

READ  3 personnes sur 4 dans le monde pensent que 2022 sera une meilleure année que 2021, selon un sondage

Des équilibres de performance et d’efficacité sans précédent ont été atteints grâce à la plate-forme Cray EX de Hewlett Packard Enterprise (HPE). Les systèmes de refroidissement liquide direct étaient équipés de processeurs AMD Epyc de 3e génération, d’accélérateurs Instinct MI250X et d’une structure d’interconnexion Slingshot-11 de 200 Gbit/seconde.

l’europe se lève

Les États-Unis n’ont pas été la seule région à réaliser des gains notables. L’Europe s’est également bien comportée avec le supercalculateur LUMI récemment déployé en Finlande qui a battu de justesse le sommet américain pour revendiquer la troisième place avec 151,9 pétaflops de performances FP64.

Pendant ce temps, le français Adastra de GENCI-CINES a remporté de justesse la 10e place avec 46,1 pétaflops de performance. Bien qu’il ne soit pas aussi puissant que LUMI, Adastra détient toujours la distinction d’être le deuxième supercalculateur le plus puissant d’Europe.

La force relative de l’Europe dans les derniers résultats du Top500 souligne l’élan croissant autour du calcul haute performance dans la région. L’entreprise commune EuroHPC a déjà pris des mesures pour acquérir et déployer Le premier système de classe exascale d’Europe d’ici 2023.

En outre, l’Europe accueillera plusieurs projets de supercalcul à venir, notamment le très attendu supercalculateur Alps de la Suisse, le supercalculateur Champollion de la France et le système Cineca Leonardo de l’Italie, pour n’en nommer que quelques-uns.

Des systèmes comme LUMI et Adastra illustrent également une autre tendance. Comme le Frontier, ils sont basés sur la plate-forme AMD Cray EX de HPE utilisant les processeurs Epyc de troisième génération et les GPU Instinct du fabricant de puces.

READ  Le référendum constitutionnel tunisien entaché d'un faible taux de participation alors que l'opposition boycotte

HPE a construit quatre des 10 premiers dans le classement de ce printemps, a déclaré Justin Hotard, vice-président exécutif et directeur général du HPC et de l’IA chez HPE, louant la force des systèmes Cray basés sur AMD de la société.

Malgré la sortie de ses GPU MI250X l’automne dernier, les puces d’AMD ont dominé le Top500, avec ses processeurs au cœur de la moitié des 10 systèmes les plus puissants.

n’oubliez pas la chine

Intel n’a alimenté qu’un seul des 10 meilleurs systèmes. Le Tianhe-2A chinois a utilisé les anciens processeurs Xeon E5-2692v2 Ivy Bridge du fabricant de puces ainsi que ses accélérateurs TH Express-2 et Matrix-2000 pour revendiquer la 9e place avec 61,4 pétaflops de performances de pointe.

Alors que les systèmes basés sur Intel sont rares dans le top 10, la Chine s’en est mieux sortie, avec son supercalculateur Sunway TaihuLight se classant au sixième rang.

Comme le Fugaku, vous ne trouverez aucun matériel de base sous le capot. TaihuLight est basé sur une architecture entièrement personnalisée, ce qui lui a permis d’atteindre 93 pétaflops de performances de pointe.

Malgré le leadership des États-Unis dans le Top500, il convient de noter que la Chine a déjà surmonté la barrière exaflopique. Deux systèmes à considérer sont le Sunway océanlite — le successeur de TaihuLight — et tianhe-3qui auraient atteint 1,3 exaflops de performances dans le benchmark Linpack.

Si ces systèmes progressent dans le classement, le Top500 de cet automne pourrait être très différent.

Mais alors que les systèmes exascale continueront de faire la une des journaux pour les années à venir, ce n’est qu’une autre cible sur la route de zettascale, et même ce ne sera pas la dernière frontière.

READ  Le groupe électrique français EDF va céder sa participation dans une centrale néerlandaise au groupe tchèque EPH

Consultez la liste complète des systèmes dans le Top500 de ce printemps ici. ®