L’armée soudanaise a déclaré samedi que l’évacuation des diplomates et des citoyens étrangers du pays avait commencé après une semaine de combats qui ont entravé les efforts de sauvetage.

L’armée a déclaré dans un communiqué que les diplomates saoudiens avaient été évacués et que le Royaume-Uni, les États-Unis, la France et la Chine devaient envoyer des avions militaires à Khartoum pour évacuer leurs diplomates dans “les prochaines heures”.

Le ministère saoudien des Affaires étrangères a déclaré que le royaume avait évacué 157 personnes, dont 91 Saoudiens et citoyens d’autres pays. La télévision d’État a montré un navire de la marine arrivant dans la ville portuaire de Djeddah avec des évacués.

Un responsable français a refusé de confirmer l’affirmation soudanaise selon laquelle les évacuations de diplomates français commenceraient bientôt.

Les responsables britanniques ont mis en garde contre une évacuation “dans les prochaines heures”, mais n’ont pas nié la probabilité que les diplomates soient transportés au cours du week-end.

L’ambassade des États-Unis à Khartoum il a dit dans un tweet que la situation sécuritaire incertaine à Khartoum et la fermeture de l’aéroport signifiaient qu’il n’était pas sûr d’entreprendre une évacuation coordonnée par le gouvernement de citoyens américains privés.

Rishi Sunak, le Premier ministre britannique, a présidé samedi matin une réunion d’urgence du COBR avec des ministres clés, dont Ben Wallace, le secrétaire à la Défense, réfléchissant aux inquiétudes de Londres concernant la situation au Soudan.

Les gouvernements étrangers ont couru contre la montre pour évacuer leurs citoyens. De violents combats entre les forces armées soudanaises et un puissant groupe paramilitaire qui ont éclaté le week-end dernier ont paralysé l’aéroport de Khartoum, où plusieurs avions civils ont été détruits. Les gouvernements étrangers ont couru contre la montre pour évacuer leurs citoyens.

Les combats sont une lutte de pouvoir entre l’armée dirigée par le général Abdel Fattah al-Burhan et Mohamed Hamdan Dagalo, plus connu sous le nom de Hemeti, vice-président du Soudan et commandant des Forces de soutien rapide.

Plus de 400 personnes ont été tuées, dont au moins quatre travailleurs humanitaires de l’ONU, et plus de 3 500 ont été blessées. Le département d’État américain a confirmé qu’un citoyen américain avait été tué dans les affrontements, mais n’a pas fourni plus de détails.

Trois employés du Programme alimentaire mondial et un de l’Organisation internationale pour les migrations ont également été tués, un convoi diplomatique américain a été attaqué et la résidence norvégienne a été touchée par un missile. D’autres délégations diplomatiques ont également été attaquées.