La France supprimera sa redevance TV après que le Sénat a approuvé la promesse électorale d’Emmanuel Macron de réduire la taxe sur la radiodiffusion publique pour augmenter le pouvoir d’achat des ménages.

Mais lors d’un débat houleux au Sénat qui a duré jusqu’aux premières heures de mardi, les opposants de gauche ont soulevé ce qu’ils ont appelé des inquiétudes majeures concernant le financement futur et l’indépendance de la télévision et de la radio publiques, avertissant que la radiodiffusion publique risquait de s’affaiblir.

Certains à droite se sont également montrés critiques, appelant à une discussion appropriée sur une refonte plus large de la radiodiffusion publique, affirmant que la qualité du débat au Sénat avait été « lamentable ».

Lorsque Macron s’est présenté pour un second mandat à la présidence ce printemps, il a fait valoir que suppression de la redevance de diffusion c’était logique parce qu’il voulait continuer à baisser les impôts. L’extrême droite Marine Le Pen, battue par Macron lors du vote final, a voulu aller plus loin, non seulement en supprimant la redevance, mais aussi en privatisant la télévision et la radio publiques en France métropolitaine.

La redevance française est de 138 € (115 £) par an sur le continent France et s’applique à environ 27 millions de foyers qui déclarent un téléviseur. En comparaison, la licence TV britannique coûte 159 £.

La ministre de la Culture, Rima Abdul Malak, a déclaré que le gouvernement protégerait les budgets de la télévision et de la radio publiques à court terme tout en élaborant une « feuille de route » pour l’avenir de la radiodiffusion publique. Le projet de loi actuel affecterait, à court terme, une « fraction TVA » à l’audiovisuel public, de l’ordre de 3,7 milliards d’euros, soit environ le montant actuellement assuré par la redevance.

READ  Le FBI a demandé à enquêter après que Donald Trump a plaidé pour des votes supplémentaires en Géorgie | Nouvelles du Royaume-Uni

Inscrivez-vous à First Edition, notre newsletter quotidienne gratuite, du lundi au vendredi matin à 7h00 BST

Mais des sénateurs de plusieurs partis différents, de droite à gauche, ont attaqué ce qu’ils ont appelé l’absence de stratégie concrète sur la manière dont le financement à long terme serait assuré. Certains ont déclaré qu’ils étaient d’accord sur le fait que la redevance, basée sur la propriété de la télévision, était obsolète et « obsolète » et que « les Français ne manqueront rien ». Mais ils ont averti que le projet de loi était précipité et mal préparé.

Jean-Raymond Hugonet, du parti de droite Les Républicains, a déclaré qu’il y avait un « problème de temps » ; le projet de loi relevait de la démagogie et a été poussé trop rapidement sans stratégie de diffusion publique. Il a déclaré : « Nous avions un président qui voulait être réélu et qui a proposé quelque chose de très populaire : supprimer un impôt usé et injuste dont personne ne voulait plus. » Hugonet a fait valoir que davantage de travail était nécessaire sur les futurs mécanismes de financement.

Le sénateur socialiste David Assouline a déclaré: « Les enjeux sont importants dans notre société, où il y a une forte concentration de chaînes privées et de plateformes étrangères, ce qui signifie que nous devons renforcer l’audiovisuel public. » Il a déclaré que le ministre de la Culture avait « loué la gloire » de l’audiovisuel public français mais « créait les conditions pour l’affaiblir ».