Le Salon international de l’automobile de Genève reviendra en 2023, ont annoncé jeudi les organisateurs du salon, sauf que l’événement n’aura pas lieu à Genève, en Suisse, mais à Doha, au Qatar.

En vertu d’un accord conclu en 2021 entre les organisateurs du salon et l’office du tourisme qatari, les droits d’hébergement seraient partagés entre les deux pays, avec un spectacle annuel prévu à Genève parallèlement à un salon biennal à Doha, la capitale qatarie. Le salon de Doha s’appellera également le Salon international de l’automobile de Genève, pour des raisons qui restent floues.

La prochaine course suisse était prévue pour février 2023 mais a été annulée. Il s’agit de la quatrième annulation consécutive, bien que cette fois non seulement la pandémie soit à blâmer, mais aussi les pressions économiques et géopolitiques. Selon les organisateurs, de nombreux constructeurs automobiles qui souhaitent normalement y assister ne se sont pas engagés pour la prochaine course.

« En raison des incertitudes de l’économie mondiale et de la géopolitique, ainsi que des risques liés au développement de la pandémie, les organisateurs ont décidé de se concentrer exclusivement sur la planification de l’événement à Doha en 2023 », a déclaré Maurice Turettini, président de a déclaré le Comité permanent du Salon international de l’automobile de Genève, l’organisme organisateur du salon, dans un communiqué.

Le salon de Doha est actuellement prévu pour novembre 2023. Le nouveau lieu au climat plus chaud (le salon de Genève se tient traditionnellement pendant l’hiver européen) offre l’opportunité de nouvelles attractions moins statiques. Les organisateurs prévoient des sites décentralisés qui, selon eux, offriront « de nombreuses expériences de conduite uniques et spectaculaires ».

READ  Elon Musk ne rejoindra plus le conseil d'administration de Twitter : PDG

Le salon de l’automobile de Genève a été le premier à être annulé avec le début de la pandémie, fermant en 2020 quelques jours seulement avant son ouverture prévue. Alors que d’autres salons de l’auto sont revenus depuis la fermeture initiale de la pandémie, les organisateurs de Genève n’ont pas été en mesure d’y parvenir, en partie parce que le salon a déjà commencé à perdre des exposants avant la pandémie.