Le secrétaire britannique à l’énergie, Kwasi Kwarteng, assiste à la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (COP26), à Glasgow, en Écosse, en Grande-Bretagne, le 4 novembre 2021. REUTERS/Phil Noble

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

LONDRES, 20 janvier (Reuters) – La Grande-Bretagne a rejeté jeudi une demande de planification pour un projet de câble électrique sous-marin à haute tension reliant la Grande-Bretagne et la France.

Le projet, dirigé par la société d’investissement Aquind, vise à relier les réseaux électriques de Grande-Bretagne et de France pour rendre les marchés de l’énergie plus efficaces, améliorer l’approvisionnement et une plus grande flexibilité.

Le secrétaire britannique aux affaires, Kwasi Kwarteng, a pris la décision de refuser la planification, selon des documents gouvernementaux.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

« Le secrétaire d’État a… décidé, conformément à

Section 104(3), de refuser l’autorisation de développement », indiquent les documents.

Un porte-parole d’Aquind a refusé tout commentaire immédiat.

La décision ne peut être contestée que par le biais d’un contrôle judiciaire, a indiqué une lettre énonçant la décision. Un contrôle judiciaire consiste à demander à un tribunal de se prononcer sur la légalité d’une décision prise par un organe directeur.

Aquind affirme que son câble sous-marin reliant l’Angleterre et la Normandie serait capable de transmettre 16 000,00 MWh d’électricité chaque année, soit environ 5% ou 3% de la consommation annuelle totale de la Grande-Bretagne et de la France.

Reportage de William James; écrit par Guy Faulconbridge

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.