UK Research and Innovation (UKRI) et le Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNS) ont signé un accord qui vise à favoriser la collaboration scientifique entre les deux pays. Cette décision intervient dans un contexte d’incertitude pour les chercheurs des deux pays, qui risquent d’être exclus du programme de financement Horizon Europe de 95 milliards d’euros (80 milliards de livres sterling).

Dans une déclaration commune, UKRI et SNSF ont annoncé que les termes d’un nouveau partenariat ont été officialisés le 8 février. L’accord vise à réduire les obstacles pour les chercheurs et à permettre la coopération entre les deux pays sur quatre grandes priorités de recherche : la biologie synthétique, les langages, les matériaux et l’interface entre les sciences de la vie et les sciences physiques.

Des subventions allant jusqu’à 25 000 £ sont en cours d’annonce sur le site Web de l’UKRI pour aider les chercheurs basés au Royaume-Uni à développer des partenariats nouveaux et existants avec des collègues en Suisse. Le FNS est offrant des fonds similaires aux chercheurs suisses.

«Le Royaume-Uni et la Suisse ont des communautés de recherche florissantes avec des collaborations fructueuses depuis de nombreuses années», a déclaré la directrice générale de l’UKRI, Ottoline Leyser. « UK Research and Innovation s’engage à maintenir et à développer ses partenariats avec des bailleurs de fonds exceptionnels pour la recherche et l’innovation à travers le monde. Cet accord avec le Fonds national suisse de la recherche scientifique représente la prochaine étape de notre alliance réussie.’

«Parmi toutes les collaborations internationales signalées dans les subsides du FNS, le Royaume-Uni fait partie des trois pays les plus fréquemment cités. Nous nous engageons à aider les communautés de recherche en Suisse et au Royaume-Uni à unir leurs efforts», a ajouté Matthias Egger, président du Conseil national de la recherche du FNS.

READ  L'image montre 2 vaisseaux spatiaux SpaceX amarrés à la station spatiale à la fois

L’annonce du nouveau partenariat de recherche intervient environ six mois après que la Suisse a été exclue du programme de financement de la recherche Horizon Europe de l’UE. Cette décision est intervenue en réponse aux tensions politiques entre l’UE et le gouvernement suisse, le Conseil fédéral suisse se retirant d’un accord commercial qui aurait rapproché l’intégration avec le bloc.

La situation suisse reflète l’incertitude qui pèse actuellement sur la participation du Royaume-Uni à Horizon Europe. Alors que le Royaume-Uni devrait actuellement être membre associé du programme de recherche, un accord formel n’a toujours pas été signé en raison des querelles politiques en cours sur le protocole d’Irlande du Nord.

Cette semaine, des centaines de chercheurs et d’organisations européennes ont lancé l’initiative Stick to Science, appelant à la suppression des « barrières politiques qui n’ont rien à voir avec la science ». Les signataires souhaitent que l’UE, le Royaume-Uni et la Suisse concluent rapidement des accords d’association sur le programme Horizon, notant que « les progrès dans [research and innovation] est mieux réalisé lorsque tous les acteurs de la science et de l’innovation travaillent ensemble au-delà des frontières géographiques ».