Le Royaume-Uni est encore à la traîne par rapport aux États-Unis en ce qui concerne le nombre de dirigeants des services mondiaux qui ont été formés dans ses universités, selon un classement annuel du « soft power ».

En 2021, 65 dirigeants mondiaux actifs ont été formés aux États-Unis contre 57 en Grande-Bretagne, selon le groupe de réflexion de l’Institute for Higher Education Policy.

En 2017, le Royaume-Uni était en avance, mais chaque année depuis, les États-Unis ont fait de nouveaux progrès.

La France est loin troisième, avec 30 ans d’éducation, tandis que la Russie et l’Australie en ont enseigné 10 chacune.

Parmi les dirigeants mondiaux formés au Royaume-Uni qui ont pris leurs fonctions l’année dernière figurent Luis Arce, président de la Bolivie (Université de Warwick), Bisher Al-Khasawneh, Premier ministre de Jordanie (École d’études orientales et africaines, School of London Economics) , Wavel Ramkalawan. , président des Seychelles (Université de Birmingham) et Samia Suluhu Hassan, présidente de la Tanzanie (Université de Manchester).

Le directeur de HEPI, Nick Hillman, a déclaré : « Quand nous avons commencé à faire cela, le Royaume-Uni était en tête du peloton, mettant simplement les États-Unis à la place. Chaque année depuis lors, le Royaume-Uni a continué à bien performer, mais les États-Unis ont accumulé un avantage dominant qui semble imbattable, du moins à court terme. »

Il a déclaré que la décision d’autoriser les étudiants internationaux à travailler pendant deux ans au Royaume-Uni après l’obtention de leur diplôme renforcerait l’attractivité des universités britanniques, mais que des mesures supplémentaires pourraient être nécessaires pour stimuler les candidatures à l’étranger.

READ  L'agence américaine rapporte que juillet a été le mois le plus chaud jamais enregistré dans le monde

Lire la suite

Stormzy finance 30 bourses de plus de 20 000 £ pour des étudiants noirs de l’Université de Cambridge

« Cela peut durer longtemps, mais étant donné l’environnement en constante évolution et compétitif du recrutement d’étudiants internationaux, personne ne devrait le tenir pour acquis », a-t-il ajouté.

Ailleurs, jeudi, l’Université d’Oxford a été classée meilleure université du monde pour la sixième année consécutive, un record.

Dans le classement mondial du Times Higher Education, Oxford a dépassé le California Institute of Technology et Harvard, qui sont arrivés en deuxième position.

Les universités américaines ont dominé le top 10 du classement, remportant huit places pour la deuxième année consécutive.

L’université de Stanford aux États-Unis s’est classée quatrième, tandis que l’université de Cambridge et le Massachusetts Institute of Technology (MIT) se sont classés cinquième.

L’Imperial College London s’est classé 12e, contre 11e l’année dernière, tandis que l’University College London (UCL) est passé de la 16e à la 18e au total.

La London School of Economics and Political Science (27e), l’Université d’Édimbourg (30e), le King’s College London (35e) et l’Université de Manchester (50e) figuraient également dans le top 50.

Dans l’ensemble, le Royaume-Uni compte 28 universités parmi les 200 premières, contre 29 l’année dernière.