Pour quelque chose qui est censé être terminé, le Brexit fait toujours la une des journaux. Londres et Bruxelles continuent à entrer en conflit sur des questions allant de représentation diplomatique à exportations de vaccins contre le coronavirus – et surtout, nouvelles dispositions pour l’Irlande du Nord. Pour le Royaume-Uni, ce n’est pas une bonne stratégie à long terme. « Vivre à vos côtés », le premier ministre canadien de l’époque, Pierre Trudeau Il a dit leurs voisins américains, « c’est un peu comme dormir avec un éléphant. Peu importe à quel point la bête est amicale et d’humeur égale, chacun est affecté par chacun de ses mouvements et grognements. » L’Union européenne est le même genre de grosse bête, mais sans tempérament. Pour dormir profondément à côté de cet éléphant grincheux, la Grande-Bretagne devra coopérer avec lui. La seule façon pour le Royaume-Uni d’achever véritablement le Brexit est d’établir une relation plus institutionnalisée avec l’UE. L’alternative est un processus sans fin de négociation, de confrontation et d’escalade.

Liz Truss, en tant que nouvelle négociatrice britannique pour le Brexit et probable future candidate au poste de Premier ministre, est fortement incitée à recommencer les relations avec l’UE. Dans cette entreprise, vous devez comprendre que la sécurité et la défense sont des domaines prometteurs dans lesquels trouver une issue au divorce douloureux entre l’UE et le Royaume-Uni. Mais, pour le moment, aucune des parties ne semble intéressée à développer sa relation de défense et de sécurité. Comme cela a été largement noté, l’Examen intégré de la sécurité, de la défense, du développement et de la politique étrangère du Royaume-Uni de 2021 mentionne à peine États-Unis. Les références aux relations UE-Royaume-Uni sont également superficielles dans les premières ébauches de la boussole stratégique de l’UE. Cependant, il y a une opportunité dans le fait que les parties n’ont pas politisé la coopération en matière de sécurité et de défense.

READ  Résumé ATP : Federico Delbonis en croisière en Suisse | Sportsxchange

En effet, au niveau de l’UE, cette coopération est hautement technique et se concentre sur les liens bureaucratiques entre les ministères de la défense. Cette dynamique est évidente dans la relation entre la Suisse et l’Agence européenne de défense (AED). Malgré grand bouleversement politique Dans la relation UE-Suisse, la coopération entre l’AED et la Suisse a a continué. Comme l’a expliqué un responsable de l’EDA, les longs délais dans lesquels opèrent les entreprises de défense peuvent garantir que les projets de capacité survivent à une telle discorde.[1] Plusieurs responsables suisses ont exprimé leur enthousiasme pour cela, car cela a permis à la Suisse de maintenir au moins un canal de collaboration fonctionnel et efficace avec l’UE.[2]

Dans ces formats de coopération hautement techniques, le statut de pays tiers, quelque chose que le Royaume-Uni a été particulièrement désireux d’éviter – il ne doit pas le traitement moyen de seconde classe. La seule façon pour le Royaume-Uni de conserver sa «souveraineté retrouvée”Dans les initiatives de défense et de sécurité de l’UE est d’accepter ce statut, car il permettrait des formes de coopération plus politiquement acceptables pour les citoyens britanniques. En effet, comme le montre un récent sondage ECFR, le public britannique soutiendrait une politique étrangère qui fonctionne en coopération avec le bloc, à condition qu’elle puisse être conciliée avec son désir fondamental d’indépendance et de maîtrise de soi.

Le statut de pays tiers, quelque chose que le Royaume-Uni a été particulièrement désireux d’éviter, ne signifie pas nécessairement un traitement de deuxième classe.

En outre, l’approche de l’UE à l’égard des pays tiers évolue. Par exemple, l’EDA a récemment commencé les négociations sur un accord administratif avec les États-Unis. Suite à l’annonce de ces conversations, le conseil d’administration ministériel de l’EDA passé un document qui met à jour les principes de l’organisation pour la coopération avec des tiers. Bien que ces examens n’aient pas été rendus publics, le fait qu’EDA les effectue indique une évolution rapide de son approche d’une telle coopération. Les aspects de la boussole stratégique de l’UE traitant des partenariats sont susceptibles de réviser son approche « taille unique » de l’implication des pays tiers dans l’intégration de la défense de l’UE. Le cloisonnement de l’union et la différenciation entre les partenaires pourraient créer des dispositifs mieux adaptés à la volonté de traitement de faveur du Royaume-Uni.

L’UE considère que la plupart de ses initiatives croissantes d’échanges en matière de sécurité et de défense impliquent des partenariats avec des pays tiers. Cela crée une multitude d’opportunités en matière d’économie, d’innovation et de diplomatie scientifique pour le Royaume-Uni, en particulier compte tenu de l’exclusion du pays du programme Horizon 2020 de l’Union.

Une fois de plus, la Suisse fournit un exemple instructif pour le Royaume-Uni. L’effondrement de l’accord-cadre institutionnel UE-Suisse a entraîné la suspension d’Horizon 2020. Cela a à son tour conduit les Suisses à s’intéresser aux initiatives de défense de l’UE comme voie secondaire vers la recherche et la connaissance des États membres. Contrairement à Horizon 2020, la plupart des initiatives de défense de l’UE ne relèvent pas de la Commission européenne mais d’agences techniques ou d’États membres individuels. Cela permet aux pays qui ont une relation compliquée avec la Commission d’accéder plus facilement à ces initiatives. Étant donné que la science au Royaume-Uni est déjà subir les conséquences du Brexit, Londres ne doit pas négliger l’opportunité d’accéder à des programmes de recherche et d’innovation en pleine expansion.

La coopération ad hoc en matière de sécurité et de défense peut également fournir un cadre flexible et évolutif pour la coopération avec l’UE. Étant donné que la participation aux forums intergouvernementaux est devenue particulièrement importante pour le Royaume-Uni depuis qu’il a quitté l’UE, le pays pourrait bénéficier de manière significative de clauses sur une coopération accrue en matière de politique étrangère et de sécurité commune au Royaume-Uni. Déclaration politique sur le Brexit. La partie politique étrangère de la déclaration précise que « le haut représentant peut, le cas échéant, inviter le Royaume-Uni à des réunions ministérielles informelles des États membres de l’Union ». Par conséquent, le Royaume-Uni pourrait participer aux réunions informelles des ministres des Affaires étrangères de l’UE. De même, « l’échange d’informations intensifié » évoqué dans la déclaration pourrait fournir au Royaume-Uni une voie importante pour façonner les sanctions de l’UE. L’UE a identifiés sanctions comme un moyen important de soutenir sa position internationale et sa quête d’autonomie stratégique. Cependant, malgré l’enthousiasme du syndicat pour la formalisation d’une coopération de sécurité avancée avec le Royaume-Uni, beaucoup dépendra de la volonté de Londres de s’engager dans une telle activité en premier lieu.

Dans l’ensemble, la tension politique entre l’UE et le Royaume-Uni impose les limitations les plus sérieuses à leurs efforts pour coopérer les uns avec les autres. C’est pourquoi ils devraient commencer à revitaliser leurs relations dans des domaines politiques qui ont évité les débats politiques houleux : la défense et la sécurité. C’est votre meilleure chance de mener la relation au-delà des différends sur des questions telles que les fruits de mer des îles anglo-normandes.

La coopération technique peut aider à rétablir la confiance entre Londres et Bruxelles, jetant ainsi les bases d’une meilleure relation politique. Les deux côtés du canal devraient considérer la défense et la sécurité comme les étapes initiales constantes du marathon post-Brexit, et non comme le sprint final vers la ligne d’arrivée.

Isabella Antinozzi est boursière paneuropéenne de l’ecfr.


[1] Entretien de l’auteur avec un responsable de l’EDA, Londres, décembre 2021.

[2] Entretien de l’auteur avec un fonctionnaire suisse, Londres, octobre 2021.

Le Conseil européen des relations étrangères ne prend pas position collective. publications ECFR ne représentent que l’opinion de leurs auteurs.