Dans les collines pittoresques de la Sainte-Baume en Provence, une ruche d’apiculteurs s’est réunie pour apprendre à élever et protéger des insectes menacés.

Au cours de l’été, les femmes ont passé un mois à se former à l’OFA, l’Observatoire français d’apidologie, en tant que première cohorte d’un programme visant à créer un réseau d’apiculture verte et durable et à forger des opportunités dirigées par des femmes du monde entier.

Chaque femme du groupe pilote a reçu 50 ruches, pouvant contenir jusqu’à 80 000 abeilles, pour démarrer leur entreprise sous le patronage de la société française de cosmétiques Guerlain, qui utilise du miel dans ses crèmes pour la peau.

« Nous avons créé une famille d’apicultrices, raconte Léopoldine Constans-Gavarry, 35 ans, diplômée de Paris Women for Bees.

« J’ai beaucoup apprécié le côté humain. L’apiculture est un travail très exigeant d’un point de vue physique et émotionnel. Nous avons fait des activités telles que la transhumance, où les ruches se déplacent pendant la nuit, afin qu’elles atteignent un nouvel endroit au crépuscule. Mais on se soutient beaucoup : à l’entraînement, on se rapproche. Les femmes partagent et s’entraident. »

Le programme de l’Unesco fait déjà sensation, et Women For Bees espère créer 2 500 ruches indigènes d’ici 2025, avec un objectif de repeuplement de 125 millions d’abeilles d’ici 2025. Cette année, des femmes de France, Bulgarie, Cambodge, Chine, Éthiopie seront formées. Rwanda. , avec d’autres du Pérou, d’Indonésie et d’autres pays à rejoindre en 2022. L’objectif est de promouvoir l’apiculture dans les zones rurales en tant que source de revenus pour les communautés défavorisées ou marginalisées qui ne possèdent pas de cultures ou de fermes.

READ  L'astronaute français prochain commandant de la Station spatiale internationale

Le programme est basé sur les pratiques apicoles locales, échangeant les meilleures pratiques entre différents pays et cultures pour construire un réseau de connaissances. Par exemple, dans la réserve de biosphère de Xishuangbanna en Chine, les habitants protègent les abeilles en hiver avec des ruches en rondins fabriquées à partir d’arbres tombés scellés avec de la bouse de vache. Dans la réserve de biosphère de Tonlé Sap au Cambodge, les apiculteurs élèvent des colonies sur des branches inclinées qui facilitent la récolte de miel sans détruire une colonie.

Dorothée Singer, 49 ans, titulaire d’une maîtrise en sciences politiques et droit public de Strasbourg qui a suivi la formation, affirme qu’il y a un impératif écologique dans l’élevage des abeilles.

« Les bénéfices seront cruciaux dans les années à venir alors que nous voyons la crise climatique s’aggraver, avec des inondations ainsi que des incendies dans le sud de la France cet été. Maintenant, nous avons un objectif commun : sauver les ruches », dit-il.

Comme les autres, elle voulait souligner comment un plan réservé aux femmes aidait à favoriser un sentiment d’appartenance à la communauté.

« Je ne connaissais rien, vraiment rien aux abeilles. Nous vivons dans un monde où les gens ne partagent pas. Mais lors de cette formation, nous avons découvert que les femmes avaient vraiment envie de partager et de s’entraider », raconte-t-elle.

La reine des abeilles d’Hollywood, Angelina Jolie, a prêté son pouvoir de star à l’émission d’entreprise, saluant une « fraternité mondiale » pour empêcher l’extinction mondiale de la créature.

Ruches pour le projet UNESCO Femmes pour les abeilles (Photo : Presse)

« Les abeilles sont l’animal le plus important sur terre. Le monde serait complètement différent sans les abeilles », a-t-il déclaré. « Nous pensons à un avenir sans abeilles comme de la science-fiction, mais les implications pour notre approvisionnement alimentaire, pour la biodiversité, si nous continuons dans cette voie, sont apocalyptiques. »

Les abeilles et autres pollinisateurs jouent un rôle crucial dans le maintien de la sécurité alimentaire de la planète.
Les abeilles ouvrières font fonctionner une ruche, font du miel et pollinisent avec son nectar. Son œuvre est également fondamentale pour l’humanité. Les abeilles pollinisent plus de 130 cultures différentes dans le monde, notamment des fruits, des noix et des légumes, ainsi que des cultures utilisées pour l’habillement et la médecine.

Une grande culture vivrière sur quatre, et plus d’un tiers des terres agricoles dans le monde, dépend, en partie, des pollinisateurs (dont les abeilles représentent environ un cinquième), selon les Nations Unies pour l’agriculture et l’alimentation. Partout dans le monde, les abeilles soutiennent plus de 150 milliards de livres sterling de production alimentaire, et l’apiculture utilise très peu de ressources externes et n’a aucune empreinte carbone.

Lire la suite

Rencontrez Luis Soriano, le professeur d’espagnol qui apporte des livres aux enfants de la campagne colombienne à dos d’âne

Cependant, les abeilles sont en danger. Le concept de Colony Collapse Disorder a été identifié pour la première fois en 2006 et, depuis lors, les ruches ont décliné dans le monde entier. Ces morts massives d’abeilles ont été liées aux pesticides, aux varroas parasites, aux espèces envahissantes, à la réduction de l’habitat indigène exacerbée par l’agriculture intensive à grande échelle et l’urbanisation. Le changement climatique a également affecté les espèces indigènes du monde entier.

Le plan Women for Bees pourrait offrir un peu d’espoir. « Je ne connaissais rien à l’apiculture, mais je voyais d’autres femmes le faire, et elles m’ont montré la voie », raconte une autre membre de la première promotion, Lorène Mouchet, Parisienne, 25 ans, diplômée en droit de l’environnement.

« J’ai beaucoup aimé cette apiculture douce et verte. Et j’étais très excité le dernier jour où nous avons obtenu nos diplômes, nous avons rencontré Angelina Jolie et nous avons dû nous dire au revoir. »

Jolie n’est pas la seule star amoureuse des abeilles. Beyoncé, Scarlett Johansson, la duchesse de Cambridge, Jennifer Garner et les Beckham ont fait de l’apiculture un passe-temps.

Mais le lauréat d’un Oscar a été un des premiers à l’adopter, donc la préservation des abeilles fait partie de la Fondation Maddox Jolie-Pitt, qui a débuté au Cambodge il y a 17 ans. Maintenant, elle prévoit de se former en tant qu’apicultrice dans le cadre du programme Women for Bees.