Publié le:

Santiago (AFP)

Le parquet chilien a ouvert vendredi une enquête sur le président Sebastián Piñera pour la vente d’une société minière par l’intermédiaire d’une entreprise appartenant à ses enfants, qui figurait dans les fuites de Pandora Papers.

Le procureur général Jorge Abbott a ouvert l’enquête après que les Pandora Papers ont révélé la vente de la société minière Dominga par une entreprise « liée à la famille du président Piñera », a déclaré Marta Herrera, chef de l’unité anti-corruption du ministère public.

Piñera a critiqué cette décision, affirmant qu’il avait déjà été innocenté de tout acte répréhensible dans une enquête de 2017.

« Je suis convaincu que les tribunaux, comme ils l’ont déjà fait, confirmeront qu’il n’y a eu aucune irrégularité et aussi mon innocence totale », a déclaré Piñera.

La vente de la mine à l’un des amis les plus proches de Piñera date de 2010, lors de son précédent mandat de président.

« En tant que président chilien, je n’ai jamais, jamais mené d’action ou de gestion liée à Dominga Mining », a ajouté Piñera, qui n’a pas répondu aux questions des journalistes.

Herrera a déclaré que le ministère public avait pris la décision d’enquêter en raison de la possibilité que l’accord impliquait « des pots-de-vin, d’éventuels délits fiscaux, des questions qui feront finalement l’objet d’une enquête ».

L’affaire doit être menée par le ministère public de la région de Valparaíso, au nord de la capitale Santiago.

Herrera a déclaré que les condamnations pour corruption étaient passibles d’une peine de cinq ans de prison.

Selon une enquête menée par deux médias locaux, CIPER et LaBot, qui font partie du Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ) qui a produit les soi-disant Pandora Papers, Dominga a été vendue à l’homme d’affaires Carlos Alberto Delano, l’ami de Piñera, pour 152 $. . millions dans un accord conclu dans les îles Vierges britanniques, un paradis fiscal bien connu.

READ  L'association des consommateurs CCLV lance une action collective en France

L’enquête a déterminé que le paiement devait être échelonné en trois versements avec une clause établissant que le dernier versement dépendait de « ne pas établir une zone de protection de l’environnement dans la zone d’exploitation minière, comme l’exigent les écologistes ».

Selon l’enquête, le gouvernement Piñera n’a pas créé de zone protégée autour du site minier en question.

– ‘Connaissance publique’ –

Lundi, Piñera a nié tout conflit d’intérêts dans la vente de la mine.

Il a insisté sur le fait qu’il ne savait rien de l’affaire, car lors de sa première présidence de 2010-14, il a déclaré qu’il confiait la gestion de ses actifs à des fiducies aveugles.

« La décision de la direction de ces actifs de vendre la mine de Dominga en 2010, dont ils ne m’ont pas informé, était justement pour éviter toute trace de conflit d’intérêts », a déclaré le conservateur Piñera, un milliardaire de 71 ans.

Il a déclaré que les informations contenues dans les Pandora Papers « ne sont pas nouvelles » et sont de notoriété publique depuis 2017.

« Cela a également fait l’objet d’une enquête approfondie par le ministère public et résolu par les tribunaux de justice », a-t-il ajouté.

Cependant, Herrera a déclaré vendredi que la vente de la mine de Dominga n’était en fait pas « expressément incluse » dans le dossier déposé en 2017.

Dominga possède deux mines à ciel ouvert dans le désert d’Atacama, à 500 kilomètres au nord de Santiago, qui n’ont pas encore été exploitées.

Un projet minier en ce sens a été approuvé par un tribunal régional, mais n’a pas encore été ratifié par la Cour suprême en raison d’appels.

READ  Quelle voiture se vend le mieux et dans quel pays?

Le projet comprenait la construction d’un port de fret près d’un archipel qui abrite une réserve de parc national où vivent des espèces protégées, dont 80 pour cent de la population mondiale de manchots de Humboldt.

Au cours de sa première présidence, Piñera a annoncé l’annulation de la construction d’une centrale thermoélectrique près de la mine de Dominga, mais n’a pris aucune autre mesure pour protéger la zone.