Pour Nicola Sturgeon, chaque pas compte. Et le Premier ministre écossais entend, samedi 28 novembre, au congrès du Parti pour l’indépendance écossaise (SNP) dont elle est également la dirigeante, continuer à avancer dans la recherche de l’indépendance de la province britannique.

“L’indépendance est clairement en vue: avec un objectif commun, l’humilité et le travail acharné, je n’ai jamais été aussi sûr que nous y parviendrons”, déclarera le leader du SNP devant ses membres, selon l’agence de presse britannique PA. Même si “Notre objectif principal doit continuer à être l’élimination du Covid-19 de notre territoire, l’Écosse doit être préparée pour ce qui va suivre”il a ajouté, à Glasgow.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Covid-19 fait avancer la cause de l’indépendance écossaise

Les revendications pour une Écosse indépendante, le cheval de bataille de Nicola Sturgeon, reviennent en vigueur après la gestion très critiquée par Londres de la nouvelle épidémie de coronavirus.

“Opinion soutenue et majoritaire dans l’opinion publique”

Maintenant c’est un “Opinion soutenue et majoritaire dans l’opinion publique”, selon le leader indépendantiste, qu’une enquête menée début octobre par Ipsos Mori a crédité ” très fort “ soutien public, 72% satisfaits de leur gestion de la pandémie.

Dès lors, sa formation apparaît en position de force face aux élections locales de mai. Le SNP pourrait remporter de nombreux sièges au Parlement décentralisé de Holyrood, qui est chargé de prendre ses propres décisions en matière d’éducation, de santé et de transport. MÈTREje Sturgeon avait promis en septembre de fixer avant ce vote les modalités et la date d’un second référendum sur l’indépendance de la province britannique, malgré le refus de Londres.

READ  cours optionnels pour les enfants ce mardi
Article réservé à nos abonnés Lire aussi L’unité britannique mise à l’épreuve par la crise sanitaire

Ce vote était déjà organisé en 2014 et Les Écossais ont ensuite voté à 55% pour rester au Royaume-Uni. Depuis, le Premier ministre britannique Boris Johnson a exclu à plusieurs reprises d’autoriser l’Écosse à organiser un nouveau référendum, faisant valoir que c’était un vote qui allait “Une fois par génération”.

Le Brexit a changé la donne

Mais Nicola Sturgeon soutient que le Brexit a changé la donne pour les Écossais. La province britannique a voté massivement en 2016 contre la sortie de l’Union européenne., adoptée au niveau national et en vigueur depuis fin janvier.

“Le peuple écossais a le droit de choisir son avenir”Elle déclarera samedi «La question à laquelle tout le monde est confronté lors des élections de mai est la suivante: qui devrait prendre les décisions qui façonnent notre avenir? “

Article réservé à nos abonnés Lire aussi À Edimbourg, le vent de l’indépendance souffle de plus en plus fort

Elle encouragera ses troupes à “Montrez avec sang-froid et patience que l’Écosse est prête à prendre votre place dans la grande famille des nations indépendantes”.

Le monde avec l’AFP