Le Premier ministre de la Grenade, Dickon Mitchell, a envoyé une invitation au Premier ministre britannique, Rishi Sunak, pour participer à des discussions avec la Communauté des Caraïbes (CARICOM) sur la nécessité d’une justice réparatrice pour les maux du colonialisme britannique.

Mitchell a lancé l’appel aujourd’hui alors qu’il recevait des excuses des membres de la riche famille Trevelyan pour le rôle de leurs ancêtres dans l’asservissement de plus de 1 000 Africains sur leurs six plantations.

“En tant que chef du gouvernement, je souhaite saisir cette occasion pour me joindre à une demande publique adressée à mon collègue chef du gouvernement britannique pour qu’il accepte notre gracieuse invitation à engager un dialogue ouvert, transparent, franc et digne pour discuter de la nécessité d’une justice réparatrice pour le citoyens de la CARICOM », a-t-il déclaré.

« Et utilisez également vos bons offices en tant que coordinateur pour vous joindre à vos homologues européens pour traiter cette question avec vos homologues français et espagnols en particulier. Et je fais une mention spéciale à la République d’Haïti. Car s’il y a une île où il est démontrable qu’il y a un besoin de justice réparatrice, c’est bien la République d’Haïti ».

L’appel de Mitchell à un dialogue avec Sunak, le président français Emmanuel Macron et le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez fait écho à celui lancé par Laura Trevelian tandis qu’elle et les membres de sa famille ont présenté leurs excuses à Grenade.

Trevelyan a déclaré qu’il était important que des conversations aient lieu sur les impacts de l’esclavage afin que le travail puisse commencer à guérir les blessures de l’histoire.