BARCELONE: Une version réduite du plus grand salon des télécommunications mobiles au monde a débuté lundi (mardi à Manille) en Espagne sous un contrôle strict des virus et les grandes entreprises ont évité une présence en personne après que la pandémie a fait dérailler l’édition de l’année dernière.

Le roi Felipe V d’Espagne et le Premier ministre Pedro Sánchez ont assisté à l’ouverture du Mobile World Congress (MWC) de quatre jours à Barcelone, l’une des premières grandes conférences technologiques organisées en Europe depuis le début de la pandémie.

« Il y a beaucoup de défis, cette année, c’était presque un effort surhumain pour y parvenir », a déclaré à l’Agence France-Presse Mats Granryd, directeur général de l’association industrielle qui organise le congrès, la GSMA.

« Les mesures de santé et de sécurité devaient être soigneusement établies, mais nous devions également obtenir des exposants et leur faire vraiment comprendre que ce salon est important mais que ce sera un salon différent. »

L’événement, qui a généralement lieu en février, aura lieu cette année à la fois en personne dans le principal centre de conférence de Barcelone et en numérique avec une apparition en ligne du milliardaire de la technologie Elon Musk mardi parmi les points forts.

Les participants ne pourront entrer au congrès que s’ils ont un résultat négatif au test Covid-19, qui date de moins de 72 heures et s’ils doivent signer une déclaration quotidienne attestant qu’ils sont en bonne santé.

Les gens ont fait la queue devant un site de test au congrès tout au long de la journée pour déterminer s’ils pouvaient entrer. Une fois à l’intérieur, ils doivent porter des masques faciaux de qualité médicale FFP2 en tout temps (les masques chirurgicaux plus légers ne sont pas autorisés) et en suivre un. système de marche, bien que les flèches au sol indiquant la direction à suivre aient été largement ignorées.

READ  La France demande aux entreprises de relever les employés enrôlés comme pompiers pour combattre les flammes

Les organisateurs ont limité la participation à 50 000 dans le cadre des mesures de lutte contre les virus, contre une fréquentation normale d’environ 100 000. Ils s’attendent à ce que seulement 30 000 à 35 000 personnes y assistent, mais Granyrd a déclaré que le nombre de PDG qui y ont assisté cette année était à peu près le même que les autres années.

« C’est une belle réussite de la part des organisateurs de pouvoir organiser l’événement. Même s’il y a eu un peu de réticence de la part des entreprises et des visiteurs à venir », a déclaré Samuel Norca, consultant mobile pour le La firme américaine Amplitude qui était présente depuis Paris pour le congrès.

Le salon n’occupe que trois allées du centre des congrès cette année, contre huit dans le passé, avec des distributeurs de désinfectant pour les mains disséminés sur tout le site.

De nombreuses grandes entreprises telles que Samsung, le premier fabricant mondial de smartphones, Nokia, Google et Facebook se sont retirées de l’événement en personne, invoquant des problèmes de virus, bien que certaines y participeront virtuellement.

Le chinois Huawei, assiégé, dont le secteur des smartphones a été touché par les sanctions américaines, sera le plus grand fabricant de téléphones avec une présence physique au salon aux côtés d’opérateurs de télécommunications tels qu’Orange et Telefónica.