Jean-Bernard Lévy, PDG de l’entreprise publique française Jean-Bernard Lévy, assiste à une conférence de presse pour publier le rapport Folz sur la centrale nucléaire de Flamanville longtemps retardée au ministère des Finances de Bercy à Paris, France, le 28 octobre 2019 REUTERS / Charles Platiau

PARIS, 5 septembre (Reuters) – Une réforme en profondeur du groupe électrique français EDF reste la clé de l’avenir de la société de services publics soutenue par l’État, dont la réforme a été retardée par le gouvernement français, le PDG Jean-Bernard Levy. a-t-il déclaré dimanche.

EDF doit accélérer son développement dans les secteurs du nucléaire et des énergies renouvelables en réponse au changement climatique et à la demande de ses clients en énergie décarbonée, a également déclaré Lévy à l’hebdomadaire français Le Journal Du Dimanche.

La réforme d’EDF, qui impliquait une restructuration en profondeur du groupe et du mécanisme de commercialisation de l’énergie nucléaire, était censée aider EDF endettée à prospérer tout en concurrençant ses concurrents investissant dans les énergies propres.

Si l’avenir à court terme d’EDF est assuré grâce aux bons résultats du premier semestre et à la hausse des prix de l’électricité au cours du second semestre, « à moyen et long terme une réforme en profondeur reste indispensable, sinon EDF ne sera pas encore joueur de premier plan », a déclaré Levy.

Malgré le soutien du président Emmanuel Macron, arrivé au pouvoir en 2017 et chargé des patrons d’EDF de dessiner le schéma directeur d’une nouvelle structure de groupe, la revue a été prise dans un litige avec la Commission européenne et a été critiquée par les syndicats.

READ  La France autorise certaines fermes à étouffer les troupeaux d'oiseaux pour arrêter la grippe aviaire

Reportage de Dominique Vidalon Edité par Alistair Bell

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.