Les dirigeants du Parti socialiste de Suisse ont présenté un nouveau plan montrant de nouvelles voies par lesquelles la Suisse pourrait rejoindre l’Union européenne.

Les dirigeants dudit parti ont présenté un document de 32 pages qui révélait les avantages et les inconvénients de faire partie du bloc, rapporte SchengenVisaInfo.com.

Les avantages incluent la participation aux décisions à Bruxelles, ainsi que des politiques climatiques et européennes plus avancées, ainsi qu’une coopération plus stable dans des domaines spécifiques, tels que la coopération dans la recherche et l’éducation.

Dans le même temps, le groupe a également présenté le côté négatif, soulignant qu’il nécessitait des réformes du système suisse de démocratie directe, ainsi que la nécessité de doubler la TVA et la pression à laquelle le secteur des services publics du pays serait confronté s’il était exposé à l’UE. . . concurrence.

Le parti, à travers son rapport, affirme que l’Europe se dirige vers plus de socialisme, d’écologie et de démocratie, des conditions qui sont dans l’intérêt du parti.

Cependant, l’opinion publique n’est pas d’accord avec une telle perspective. Selon une enquête publiée en 2020, seuls 7% des personnes interrogées étaient favorables à l’adhésion de la Suisse à l’UE.

Reste que de tels chiffres ne découragent pas la partie qui considère la situation actuelle comme le début d’un long chemin. En ce sens, le co-président du parti, Cédric Wermuth, a souligné que malgré le fait qu’il n’y ait aucune garantie, le parti estime qu’il est temps de rouvrir un chemin vers l’Europe.

Selon le parti, le plan se compose de trois phases principales. Le premier vise à éviter la participation du pays à Horizon Europe ainsi qu’à Erasmus d’ici fin 2023. Le second est de parvenir à un accord économique pour 2028 et, plus tard, d’ouvrir des négociations pour rejoindre le bloc.

READ  Le gouvernement enquête sur le gel des avoirs de Paris obtenu par Cairn

Selon un rapport publié par Le News, certains membres optimistes s’attendent à ce que la Suisse fasse partie de l’UE d’ici la fin de la décennie, tandis que d’autres disent qu’un tel processus pourrait ne pas être achevé de sitôt, ajoutant qu’il pourrait se produire d’ici 20 ans. .

En 1992, le pays a voté contre l’adhésion à l’Espace économique européen, tandis qu’en 2021, il a interrompu les pourparlers pour restructurer l’accord du pays avec Bruxelles.

La Suisse a toujours soutenu la coopération économique avec l’UE, mais en ce qui concerne l’adhésion, le pays ne vote pas oui pour rejoindre le bloc.

À cet égard, le professeur de politique européenne à l’Université de Berne, Fabio Wasserfallen, a déclaré que «La Suisse est trop riche et trop stable pour vouloir rejoindre l’UE», ajoutant que le motif est plus important que l’amour de la liberté.