La Hongrie conservatrice de Viktor Orban continue de restreindre les droits des minorités. Mardi 15 décembre, le Parlement a approuvé plusieurs textes anti-LGBT, dont l’un inscrit la notion traditionnelle de “Le sexe” dans la Constitution, l’autre interdit de facto l’adoption par les couples de même sexe.

“La mère est une femme, le père est un homme”, décrète une réforme de la Loi fondamentale approuvée grâce au soutien des députés de la majorité, selon le site officiel de l’Assemblée. Ce texte définit le sexe comme uniquement celui de la naissance et ajoute: “L’éducation est enseignée conformément aux valeurs fondées sur l’identité constitutionnelle et la culture chrétienne” Du pays.

Dans son argumentation, le gouvernement justifie cet amendement par la nécessité de “Protéger l’enfant d’éventuelles interférences idéologiques ou biologiques” du monde occidental moderne.

Le Parlement a également adopté une loi autorisant uniquement les couples mariés à adopter des enfants, excluant effectivement les homosexuels, qui n’ont pas le droit de s’unir en Hongrie. Des exceptions peuvent être accordées dans des cas exceptionnels.

Depuis mai, il est déjà légalement interdit d’enregistrer un changement de sexe dans l’état matrimonial de ce pays d’Europe centrale, membre de l’Union européenne (UE), dont le Premier ministre, Viktor Orban, en énergie depuis dix ans sans interruption, promeut “Illibéralisme”.

Lisez également la chronique de Sébastien Platon: Hongrie et Pologne: «Que fait l’Union européenne pour empêcher l’effondrement de l’État de droit dans deux de ses pays membres? Rien ou si peu “

Croisade pour la défense des «valeurs chrétiennes»

Dans cette croisade pour la défense de “Valeurs chrétiennes” traditions traditionnelles, Viktor Orban a été récemment affaibli par l’affaire Jozsef Szajer. Cet eurodéputé proche et vétéran a été arrêté fin novembre dans un parti gay libertin, provoquant une protestation de l’opposition et de la presse indépendante contre l’hypocrisie du pouvoir hongrois.

READ  "Derrière le sourire amical du Camp du Bien"
Article réservé à nos abonnés Lire aussi Jozsef Szajer, eurodéputé du parti de Viktor Orban, démissionne après une nuit de débauche sexuelle en isolement total

Les différentes organisations internationales (ONU, Conseil de l’Europe, OSCE, UE) accusent régulièrement le chef du gouvernement de bafouer les valeurs européennes.

La Hongrie a été condamnée par le passé par la justice européenne pour ne pas avoir respecté ses engagements et la primauté du droit communautaire sur la législation nationale.

Dans ce contexte tendu, Viktor Orban a annoncé la semaine dernière son intention de faire appel contre la mise en place d’un nouveau mécanisme liant le versement de fonds européens au respect de l’Etat de droit.

Le monde avec l’AFP