Le Nigéria et la République de Suisse ont renforcé leurs relations bilatérales pour lutter contre l’insécurité, la lutte contre la traite des êtres humains, le développement des compétences, l’emploi des jeunes et la création d’emplois.

Une déclaration du conseiller médiatique du président de la commission des affaires étrangères de la Chambre, Nkem Anyata-Lafia, indique qu’elle est au centre du neuvième cycle du processus de consultation politique annuel entre les gouvernements du Nigeria et de la Confédération suisse, à Berne, le capitale de la Suisse. .

La réunion, également connue sous le nom de « Nigeria-Switzerland Days 2022 », a discuté de la coopération bilatérale et multilatérale de longue date entre le Nigeria et le pays européen et a examiné des questions d’intérêt mutuel touchant à la migration et au développement, à la paix et à la sécurité au Nigeria et à l’Afrique. continent.

Les deux pays ont également convenu d’approfondir les liens dans la lutte contre la corruption et d’autres problèmes socio-économiques.

La délégation conduite par le secrétaire permanent, ambassadeur du ministère des Affaires étrangères, Gabriel Aduda, a souligné les domaines d’intérêt mutuel sur la scène mondiale et dans le cadre de la collaboration en cours entre le Nigeria et la Suisse sur les questions de sécurité, de police et de prisons/ correctionnelles. réformes, développement de la jeunesse et des sports. et la promotion des droits des femmes.

« L’engagement très fort a également abordé notre coopération et nos partenariats dans l’espace et les écosystèmes des droits de l’homme.

« Il a mis en évidence des domaines d’intérêt mutuel sur la scène mondiale et dans le contexte de la collaboration nigériane-suisse en cours sur les questions de sécurité, les réformes policières et pénitentiaires/corrections, le développement de la jeunesse et des sports et la promotion des droits des femmes.

READ  La Suisse étend son réseau mondial de compensation carbone

« Nous avons convenu de la nécessité d’un accord de soutien réciproque stratégique pour faire avancer les intérêts convenus au Conseil des droits de l’homme des Nations Unies, entre autres.

« Les deux pays ont souligné l’importance de l’Examen périodique universel, en tant que mécanisme de participation des pairs et outil à explorer pour soutenir les bonnes causes identifiées, ainsi que pour approfondir la collaboration au sein de l’Assemblée générale des Nations Unies. »

Parmi les autres participants nigérians à l’événement figuraient l’ambassadeur Nicholas Ella, directeur du département juridique et consulaire ; l’ambassadeur Bolaji Akinremi, directeur, ETID ; l’ambassadeur Buba Magudu, envoyé nigérian à Berne, Suisse ; ainsi que l’Ambassadeur Richards Adejola, Représentant permanent du Nigeria à Genève, Suisse ; et le Dr Ajayi Olajide, conseiller spécial du secrétaire permanent.

Y ont également assisté le secrétaire exécutif de la Commission nationale des droits de l’homme, Tony Ojukwu ; et le directeur général de la Commission nationale pour les réfugiés, les migrants et les personnes déplacées.

Reportage de Sarah Gimba, montage par Daniel Adejo