Publié le:

Beyrouth (AFP) – Les législateurs libanais ont nommé jeudi le Premier ministre sortant Najib Mikati pour former un nouveau gouvernement, plus d’un mois après que les élections législatives n’aient pas abouti à une majorité claire.

Le milliardaire de 66 ans, qui devait conserver son emploi, a remporté 54 voix lors des consultations parlementaires, lui donnant un net avantage sur les autres candidats potentiels.

Le président Michel Aoun lui a ensuite demandé de former un nouveau gouvernement, une tâche que les analystes craignent de prendre des semaines, voire des mois, malgré l’urgence économique à laquelle le pays est confronté.

Par convention, le poste de premier ministre du Liban est réservé à un musulman sunnite, la présidence revient à un chrétien maronite et le poste de président à un musulman chiite.

Son rival le plus proche pour le poste de Premier ministre désigné était l’ancien ambassadeur aux Nations Unies Nawaf Salam, qui n’a obtenu que 25 voix.

La majorité des députés du parlement libanais de 128 sièges a choisi de ne nommer aucun candidat.

Le puissant mouvement Hezbollah soutenu par l’Iran, dont l’alliance politique a perdu sa nette majorité au parlement précédent, a soutenu Mikati.

Le natif de Tripoli, qui est l’homme le plus riche du Liban en faillite, a déjà dirigé trois gouvernements depuis 2005.

Les analystes s’attendent à ce qu’il ait du mal à trouver un accord pour une quatrième administration. Le cabinet actuel a été formé en septembre de l’année dernière après une attente de 13 mois.

READ  Habitat naturel : Conduire la Rolls-Royce Phantom Series II sur la Côte d'Azur