Les entreprises numériques comme Google et Meta pourraient commencer à payer les entreprises de médias en Nouvelle-Zélande dans le cadre d’un nouveau programme conçu pour protéger les éditeurs de contenu local.

Les législateurs de Wellington voteront sur le projet de loi, où le gouvernement du Premier ministre Jacinda Ardern devrait l’approuver.

Willie Jackson est le ministre de la radiodiffusion, qui a déclaré que les médias bénéficieront des accords conclus avec les plateformes numériques.

« Les médias néo-zélandais, en particulier les petits journaux régionaux et communautaires, ont du mal à rester financièrement viables à mesure que la publicité en ligne augmente. »

La législation s’appuie sur des lois similaires déjà adoptées au Canada et en Australie.

« Il est essentiel que ceux qui bénéficient de votre contenu d’actualités paient réellement », a déclaré Jackson.

Le gouvernement australien a introduit le Code commercial des médias en 2021, ce qui a conduit à 30 accords entre les médias et les entreprises technologiques.

Il permet aux législateurs d’intervenir lorsque les entreprises technologiques négocient des accords de contenu avec les médias locaux.

Département du Trésor a récemment constaté que les « accords ont permis aux entreprises de presse, en particulier, d’employer des journalistes supplémentaires et de faire d’autres investissements précieux pour aider leurs opérations ».

Les offres sont basées sur la fréquence à laquelle le contenu est cliqué, générant finalement des revenus publicitaires.

Google a conclu des accords avec Nine Entertainment et Seven West Media, qui devraient durer cinq ans.

Pendant ce temps, Meta aurait conclu des accords commerciaux avec 13 sociétés de presse.

READ  DS Automobiles, le savoir-faire français