PARIS, 27 novembre (Reuters) – Le gouvernement français a fait un usage excessif des cabinets de conseil dans le passé et s’emploie maintenant à corriger cela, a déclaré dimanche le ministre des Finances Bruno Le Maire.

Le gouvernement d’Emmanuel Macron a subi des pressions ces derniers mois pour s’être trop appuyé sur des groupes de conseil.

Les procureurs financiers ont déclaré plus tôt cette semaine qu’ils enquêtaient sur sa campagne électorale dans le cadre d’une enquête plus large sur le cabinet de conseil McKinsey et ses liens avec le président.

« Nous sommes allés trop loin. Pendant des années, ce gouvernement et les gouvernements précédents se sont trop appuyés sur les cabinets de conseil. Il s’est égaré. Cela a été corrigé par l’instruction du Premier ministre selon laquelle tous les ministères ont réduit de 15% le recours aux cabinets de conseil », a déclaré Le Maire à la France. 3 télévision.

Entre le premier semestre 2021 et le premier semestre 2022, le ministère des Finances a par exemple réussi à réduire de 34% son recours aux cabinets de conseil, a-t-il ajouté.

Le Maire n’a pas commenté la nouvelle. Le parquet national financier de France a élargi la portée d’une enquête existante sur une fraude fiscale présumée par le groupe de conseil McKinsey pour inclure le rôle des groupes de conseil dans les élections de 2017 et 2022.

Macron a déclaré vendredi que les juges avaient examiné et approuvé les finances de sa campagne 2017 dans leurs premiers commentaires publics sur l’enquête.

Un rapport du Sénat français de mars 2022 avait notamment relevé que le gouvernement « s’appuyait » sur des cabinets de conseil comme McKinsey.

READ  Conseils BTTS européens: objectifs en Italie, en Belgique et en Suisse

Reportage de Dominique Vidalon ; édité par david evans

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.