Le ministre japonais des Affaires étrangères, Yoshimasa Hayashi, s’est mis d’accord jeudi avec ses homologues britannique, canadien et français sur l’importance pour les pays du Groupe des Sept de s’unir pour faire face à l’invasion russe de l’Ukraine.

En rencontrant séparément les ministres à Weissenhaus, dans le nord de l’Allemagne, Hayashi a également affirmé son étroite coopération en faveur d’un « Indo-Pacifique libre et ouvert », selon le ministère japonais des Affaires étrangères, dans une référence apparente aux efforts visant à contrer l’influence économique et militaire croissante de la Chine dans le Région.

Le ministre japonais des Affaires étrangères Yoshimasa Hayashi (à droite) et son homologue britannique Elizabeth Truss se rencontrent à Weissenhaus, dans le nord de l’Allemagne, le 12 mai 2022. (Photo publiée avec l’aimable autorisation du ministère japonais des Affaires étrangères) (kyodo)

Les pays du G-7 ont construit une coalition internationale contre Moscou, qui a lancé des frappes militaires contre l’Ukraine le 24 février, resserrant les sanctions économiques et s’engageant à réduire sa dépendance vis-à-vis des exportations russes de pétrole et de gaz.

Hayashi et le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian ont convenu que la sécurité de l’Europe et de la région indo-pacifique sont indissociables et que toute tentative unilatérale de modifier le statu quo par la force est inacceptable partout dans le monde, a-t-il déclaré au ministère japonais en un communiqué de presse. Libération.

Hayashi et son homologue canadienne, Melanie Joly, ont convenu de continuer à travailler ensemble pour sanctionner la Russie et apporter un soutien à l’Ukraine, ainsi que pour répondre aux problèmes liés à la Chine.

READ  Suisse : Services financiers : prêts pour 2022 ? (séminaire en ligne)

Lui et la ministre britannique des Affaires étrangères, Elizabeth Truss, ont réaffirmé que les deux nations visaient à approfondir leur coopération dans divers domaines, notamment la défense et la sécurité économique.

Les pourparlers ont eu lieu en marge d’une réunion de trois jours jusqu’à samedi des ministres des Affaires étrangères des pays du G-7, qui comprend également l’Allemagne, l’Italie et les États-Unis, ainsi que l’Union européenne.