Le Japon, l’Inde et la France annoncent une plate-forme commune pour les créanciers sri-lankais
  • Le Japon s’attend à ce que la plate-forme devienne un cas modèle de restructuration de la dette
  • Incertain si le plus grand créancier bilatéral que la Chine rejoindra
  • Invitation à adhérer envoyée à tous les créanciers bilatéraux

WASHINGTON, 13 avril (Reuters) – Le Japon, l’Inde et la France ont annoncé jeudi une plate-forme commune de pourparlers entre créanciers bilatéraux pour coordonner la restructuration de la dette du Sri Lanka, une décision qui, espèrent-ils, servira de modèle pour résoudre les problèmes d’endettement des pays. pays à revenu intermédiaire. économies.

Cependant, il reste incertain si le plus grand créancier bilatéral du Sri Lanka, la Chine, se joindra à l’initiative lancée par le Japon, président du G7 cette année, dans le but de lancer une série de réunions entre les créanciers du Sri Lanka.

“Pouvoir lancer ce processus de négociation en réunissant un groupe aussi large de créanciers est un résultat historique”, a déclaré le ministre japonais des Finances Shunichi Suzuki lors d’un point de presse.

“Ce comité est ouvert à tous les créanciers”, a-t-il dit, exprimant l’espoir que la Chine se joindra à l’effort.

Le directeur général du Trésor français, Emmanuel Moulin, a déclaré lors de la réunion d’information que le groupe était prêt à tenir le premier tour de pourparlers “dès que possible”.

Le gouverneur de la banque centrale du Sri Lanka avait déclaré à Reuters plus tôt cette semaine que le fait d’avoir une plate-forme unique pour les pourparlers serait une décision bienvenue qui faciliterait la discussion et le partage d’informations.

“J’espère que la création de cette plate-forme deviendra un cas modèle” pour la restructuration de la dette des pays à revenu intermédiaire, a déclaré Suzuki.

Le principal diplomate japonais chargé des affaires étrangères, Masato Kanda, a déclaré aux journalistes que le groupe avait envoyé une invitation à tous les créanciers bilatéraux du Sri Lanka, y compris la Chine, et espère organiser le premier cycle de pourparlers dès que possible.

La nation insulaire de 22 millions d’habitants a obtenu le mois dernier un programme de 2,9 milliards de dollars du Fonds monétaire international pour faire face à son endettement massif. Mais l’économie à revenu intermédiaire n’a pas été en mesure de demander un allégement dans le cadre commun du G20 pour le traitement de la dette, qui ne cible que les pays à faible revenu.

Cela a amené les principales économies à assumer la responsabilité de concevoir un schéma alternatif, ce qui conduit à la création de la nouvelle plate-forme.

Le Sri Lanka doit 7,1 milliards de dollars à des créanciers bilatéraux, selon les données officielles du gouvernement, dont 3 milliards de dollars dus à la Chine, suivis de 2,4 milliards de dollars au Club de Paris et de 1,6 milliard de dollars à l’Inde.

Le gouvernement doit également renégocier plus de 12 milliards de dollars de dette en euro-obligations avec des créanciers privés étrangers et 2,7 milliards de dollars d’autres prêts commerciaux.

Le Sri Lanka a entamé des pourparlers pour retravailler une partie de sa dette intérieure ce mois-ci et vise à finaliser l’accord en mai.

Reportage de Leika Kihara; Edité par Dan Burns et Paul Simao

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.