BEYROUTH (AP) – Le gouverneur de la Banque centrale du Liban a démenti jeudi avoir effectué des transferts de fonds de la banque à la suite d’une enquête des autorités suisses sur le blanchiment d’argent et le détournement de fonds.

La déclaration du gouverneur Riad Salameh a été publiée après avoir été interrogé par le procureur général du Liban, le juge Ghassan Oweidat, sur la base d’une enquête suisse sur un blanchiment d’argent aggravé en relation avec un possible détournement de fonds à la banque.

Salameh a également déclaré qu’il était prêt pour tout autre interrogatoire.

Le procureur général de la Suisse a déclaré mardi qu’il avait demandé au Liban de coopérer à une enquête qu’il a lancée sur un possible blanchiment d’argent et détournement de fonds à la banque centrale. La raison de l’enquête en Suisse n’était pas claire. Le bureau du procureur général suisse a refusé de fournir plus de détails.

Selon les médias libanais, des milliards de dollars ont quitté le pays après que les banques ont bloqué les transferts à l’étranger. Certains médias ont souligné les transferts effectués par le gouverneur de la Banque centrale du Liban lui-même.


Salameh n’a pas tardé à nier les allégations. “J’ai déclaré qu’aucun virement n’avait été effectué à partir des comptes bancaires centraux ou du budget”, a déclaré Salameh dans le communiqué de jeudi.

Il a ajouté qu’il se réservait le droit d’engager des poursuites judiciaires contre “ceux qui répandent des rumeurs tendancieuses et diffamatoires qui me visent personnellement et la réputation financière du Liban”.

READ  Après avoir accusé son ancien partenaire de violence, Loana s'exprime dans une vidéo publiée sur son compte Instagram.

Le Liban est confronté à une crise financière écrasante qui s’est accélérée à son maximum l’année dernière, lorsque les banques privées ont appliqué des contrôles informels des capitaux, limitant les retraits et bloquant les transferts à l’étranger. La valeur de la monnaie libanaise a chuté par rapport au dollar dans un contexte de pénurie de devises sans précédent. Le gouvernement a fait défaut sur ses dettes extérieures et a entamé des discussions avec le Fonds monétaire international pour un plan de sauvetage.

Au milieu du chaos, des rapports de transferts de capitaux ont émergé, y compris par des représentants du gouvernement.

Le Premier ministre Hassan Diab a tenu Salameh pour responsable du krach monétaire, l’accusant de poursuivre des politiques “opaques” qui ont conduit la livre libanaise dans sa spirale descendante face au dollar.

Un audit international de la banque centrale commandé par le gouvernement a échoué après que la société new-yorkaise embauchée pour le faire ait déclaré qu’elle ne pouvait pas obtenir les informations et les documents nécessaires.

Salameh, qui travaille à la banque centrale depuis 1993, a défendu son rôle, citant une campagne systématique visant à le tenir responsable de la crise financière du pays.