Après quarante-huit heures d’attente anxieuse, la présidente ghanéenne Nana Akufo-Addo a arraché un deuxième mandat de quatre ans contre son rival historique, John Mahama, le mercredi 9 décembre. Dans cet État anglophone d’Afrique de l’Ouest, réputé pour sa stabilité, le vote a néanmoins été très controversé. Le chef de l’opposition a jusqu’à présent refusé de reconnaître cette réélection et son parti, le National Democratic Congress (NDC), a menacé de traduire ses doutes en justice.

Les résultats des élections législatives, qui ont eu lieu en même temps que les élections présidentielles de lundi, étaient également en suspens mercredi soir, tandis que le Nouveau Parti patriotique (PNP) de M. Akufo-Addo et le NDC, dans le épaule contre épaule, ont contesté les résultats provisoires. Le président a demandé la paix: «Le moment est venu, quelles que soient les affiliations politiques, de s’unir, de s’unir. “

Le chef de l’Etat de 76 ans a recueilli 51,6% des voix, contre 47,4% pour son adversaire, le leader du NDC qui était lui-même président avant Akufo-Addo. Le gagnant a gagné avec un avantage de 515 000 voix pour quelque 17 millions d’électeurs, selon la commission électorale. Dix autres candidats étaient en lice, mais ils n’ont obtenu que des notes anecdotiques.

Lire aussi Au Ghana, l’exemplarité démocratique mise à l’épreuve dans les sondages

Un terrain tranquille

En fait, les deux mêmes partis se disputent le pouvoir depuis l’instauration de la démocratie en 1992 dans l’ancienne Gold Coast, ancienne colonie britannique et premier pays d’Afrique subsaharienne à obtenir son indépendance, en 1957. Cette élection a été la huitième qui s’est déroulée dans un cadre pluraliste. Il a été analysé avec envie et espoir dans une région secouée par des crises politiques et des sondages controversés, comme récemment la Guinée, la Côte d’Ivoire ou le Mali.

READ  EN DIRECT - Attentats de janvier 2015: audience suspendue, reprise prévue jeudi à 9h30

Des incidents ont encore fait rage ces derniers jours dans diverses régions du pays et les fusillades ont fait cinq morts selon la police. Pendant les heures cruciales qui séparaient le vote des résultats, le ton s’est élevé entre les deux principaux candidats, qui se sont accusés de conduite. “Antidémocratique”. Mardi soir, John Mahama a même averti qu’il “Je résisterais à toute tentative de voler le bulletin de vote”. Les deux rivaux avaient encore signé le vendredi 4 décembre pour “Pacte de paix”.

Malgré ces tensions, la crainte de violences électorales plus graves ne s’est pas concrétisée, soutient Javier Nart, chef de la mission d’observation de l’Union européenne. “Le processus était généralement crédible et transparent et les électeurs ont pu participer librement.”Dis bonjour, regrette quand même “Les échecs” liées à l’opacité du financement des campagnes et à la mauvaise utilisation des ressources publiques.

Gestion de crise efficace

Nana Akufo-Addo a obtenu 51,6% des voix contre 47,4% de son adversaire, à Accra le 9 décembre.

Réélue pour un second et dernier mandat, Nana Akufo-Addo a notamment été récompensée pour sa gestion efficace de la crise sanitaire. Le pays a dû pleurer moins de 330 morts et la population a remercié le président pour le généreux plan de soutien mis en place pour aider les familles et les entreprises.

Cet ancien avocat au visage rond et jovial, une branche de l’aristocratie politique du Ghana, est également salué pour avoir piloté l’économie assez efficacement jusqu’à l’arrivée de Covid-19. Dans ce pays riche en or, en cacao et en pétrole, la croissance a dépassé 6% au cours de ses trois premières années au pouvoir. Mais l’épidémie de virus a brusquement interrompu cette dynamique: l’activité ne devrait pas dépasser 1% en 2020, sa plus faible augmentation depuis près de 40 ans.

READ  Camp Trump intensifie les attaques contre Joe Biden (à nouveau)

« Avant que la pandémie n’éclate, le Ghana était l’une des économies à la croissance la plus rapide au monde ces dernières années et, je vous donne ma parole, nous rétablirons cette réputation. Le président réélu a déclaré dans un discours de son domicile à Accra. Le jeu ne sera pas facile. La dette est montée en flèche ces derniers mois, atteignant plus de 70% du produit intérieur brut, et les investisseurs exigent des taux d’intérêt toujours plus élevés du pays.

Lire aussi Le décollage économique du Ghana n’a pas encore fait ses preuves

Forte opposition au Parlement

Porté au pouvoir en 2016 à l’image d’un homme intègre, Nana Akufo-Addo devra également montrer qu’il est vraiment déterminé à lutter contre la corruption. Si le pays n’est pas le moins bien classé du continent, aucun progrès n’a été réalisé ces dernières années. Pire encore, la fin de son premier mandat a été entachée de polémiques, notamment après la démission retentissante du procureur anticorruption Martin Amidu, qu’il avait lui-même nommé. Ce dernier a accusé le chef de l’Etat d’avoir tenté de le forcer à enterrer un rapport explosif sur une société offshore créée par le gouvernement pour administrer les redevances minières, ce que la présidence a démenti.

La question de l’amélioration des conditions de vie reste également au cœur du débat politique, tandis que le boom économique de ces dernières années s’est accompagné d’une augmentation des inégalités. Selon un sondage Afrobaromètre de 2019, plus de la moitié des électeurs regrettent que la politique du président n’ait pas réussi à créer plus d’emplois.

READ  DIRECT. Covid-19: les derniers arbitrages sur une éventuelle reconfiguration discutés au conseil de la défense

Le gouvernement peut également être contraint d’envisager une nouvelle façon de faire de la politique dans un pays où le principe de “le gagnant prend tout” (“Le gagnant remporte tout”). «La victoire de Nana Akufo-Addo n’est pas une surprise. Ce que c’est, cependant, c’est le très bon score du NDC aux élections législatives., estime Franklin Cudjoe, chef du groupe de réflexion Ghana Imani. Désormais, le président devra avoir une forte opposition au Parlement. Cela mettra finalement de réelles limites au pouvoir présidentiel. “

Lire aussi Journée de vote au Ghana: “Ici, ce sont les urnes qui parlent et non les kalachnikovs”