Le ministre français de l’Économie et des Finances, Bruno Le Maire, assiste à une conférence de presse pour le lancement de la campagne de l’impôt sur le revenu 2020 au ministère des Finances de Bercy à Paris, France, le 8 avril 2021. REUTERS/Sarah Meyssonnier

PARIS, 6 juillet (Reuters) – Le ministre français des Finances, Bruno Le Maire, a déclaré mardi que ses homologues du G20 étaient prêts à soutenir politiquement une proposition de réforme de la fiscalité des entreprises multinationales lors d’une réunion cette semaine.

La semaine dernière, 130 pays ont soutenu les plus grands changements transfrontaliers de l’impôt sur les sociétés depuis plus d’une génération avec de nouvelles règles sur l’endroit où les entreprises sont imposées et un taux d’imposition d’au moins 15 %. Lire la suite

Le paquet accompagne les ministres des Finances du G20 pour apporter un soutien politique lors d’une réunion vendredi et samedi à Venise.

« Maintenant, nous devons parvenir à un accord politique sur la base de l’accord technique conclu par le groupe de pilotage de l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) », a déclaré Le Maire aux journalistes.

Les principaux détails concernant un taux d’imposition minimum mondial proposé sur les sociétés et les exonérations de l’accord devront être clarifiés avant la prochaine réunion du G20 en octobre, a-t-il déclaré.

En plus des problèmes techniques qui restent à résoudre, il existe un certain nombre d’écueils politiques potentiels avant que l’examen puisse entrer en vigueur comme prévu en 2023. lire la suite

L’un de ces problèmes est le projet de la Commission européenne de proposer ce mois-ci une taxe sur les services numériques qui risque de contrarier Washington, qui considère déjà une taxe nationale sur les services numériques dans certains pays européens comme discriminatoire à l’encontre des entreprises américaines de la Silicon Valley.

READ  Le Far West est bel et bien vivant à Carson City, et il est maintenant temps de visiter

Le Maire a déclaré qu’il comprenait les préoccupations des États-Unis, mais que la taxe numérique n’avait rien à voir avec la taxation des grandes entreprises technologiques et avait une application beaucoup plus large qui affecterait principalement les ventes en ligne des entreprises européennes.

« Il n’y a rien contre les Américains (dans le plan) et j’espère que nous pourrons dissiper les inquiétudes des Américains », a déclaré Le Maire, ajoutant que la question serait clarifiée avec la secrétaire américaine au Trésor Janet Yellen lors d’une réunion avec leur euro. homologues de la zone lundi.

Le Maire a également déclaré que la France pousserait lors de la réunion du G20 à mettre 100 milliards de dollars à la disposition des pays à faible revenu en permettant aux pays riches de mettre à leur disposition leurs droits de tirage spéciaux inutiles du FMI.

Reportage de Leigh Thomas Édité par David Goodman et Bill Berkrot

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.